NETTALI.COM – Le ministère des Finances et du Budget réfutait l’existence d’une tension de trésorerie et précise que “le processus d’exécution du budget 2019 se déroule normalement avec un rythme de recouvrement correct des recettes ainsi qu’une prise en charge satisfaisante des dépenses”.

Le 3 juinpassé, le ministère des Finances et du Budget réfutait l’existence d’une tension de trésorerie, après que Thierno Alassane Sall et Ousmane Sonko ont alerté sur le risque.

L’argentier de l’Etat soulignait que le Sénégal dispose d’une “capacité financière” qui pourrait être “confortée, en tant que de besoin, par le recours aux marchés financiers conformément aux autorisations données par l’Assemblée nationale”. “Les disponibilités vérifiables auprès de la BCEAO démontrent à suffisance que le Sénégal dispose de capacités éprouvées pour payer à bonne date ses salaires, sa dette et assurer l’exécution correcte des autres postes budgétaires du fonctionnement et de l’investissement“, écrivait le ministère.

Ce lundi, Abdoulaye Daouda Diallo est revenu à la charge pour démentir les informations de presse faisant état de tensions de trésorerie et d’accumulation d’arriérés de paiements importants.

Il assure que le processus d’exécution du budget 2019 “se déroule normalement”.

Le processus d’exécution du budget 2019 se déroule normalement avec un rythme de recouvrement correct des recettes ainsi qu’une prise en charge satisfaisante des dépenses“, informe le communiqué du ministère des Finances et du Budget.

Si on en croit Abdoulaye Daouda Diallo, “au titre des dépenses financées sur ressources internes, depuis le 15 avril 2019,  une enveloppe globale d’un montant de quatre cent quatre-vingt-onze milliards neuf cent quarante-quatre millions (491,944 milliards) de FCFA a été mobilisée“. Cela, à l’effet de prendre en charge des dépenses de personnel pour 146,490 milliards de FCFA, souligne le texte.

Le ministère parle du remboursement du service de la dette publique pour 117,216 milliards de FCFA et du paiement des prestataires de services et des décomptes dus aux entreprises exécutant des travaux au titre des projets et programmes d’investissements publics pour 228,239 milliards de FCFA.

Pour les dépenses financées sur ressources externes, depuis le 15 avril 2019, un montant total de soixante-sept milliards cent millions (67,1 milliards de FCFA) a été payé dont vingt-huit milliards deux cents millions (28,2 milliards de FCFA) pour le secteur des BTP et le TER“, ajoute le document.

“A ce jour, les critères d’évaluation du Programme économique et financier du Sénégal sont respectés, notamment le plafond trimestriel des instances de paiements et le plancher des dépenses sociales…Toutes les dépenses arrivées à maturité sont prises en compte” conclut notre source.