NETTALI.COM – A travers son Bureau des relations publique (Brp), la police s’est exprimé pour la première fois sur l’affaire du meurtre de Tamba.  La police explique ainsi comment l’enquête a été menée et comment le présumé meurtrier a été arrêté et placé en garde à vue.

Tout commence le samedi 18 mai 2019, vers 22 heures lorsque le Commissaire Baldé, chef du Commissariat Urbain de Tambacounda, est informé d’un cas de meurtre commis dans un domicile sis au quartier Saré Guilèle de la commune de Tambacounda, relate la police.

Sur les lieux, les enquêteurs constatent dans une chambre, le corps sans vie de Binta Camara, née en 1996, qui vivait seule. « Il est ressorti des premières observations que la victime aurait été étranglée par un foulard, trouvé serré autour de son cou », indique le bureau des relations publiques de la police.

Les investigations menées sur la scène de crime et autour de l’environnement immédiat, dit-on, ont amené le Commissaire Baldé à conduire le gardien de la maison, au siège du commissariat où il a été gardé à vue. Une fois sur les lieux, à leur tour, les éléments de la Police Technique et Scientifique de Kaolack ont effectué des prélèvements sur la scène de crime et relevé tout indice susceptible de concourir à la manifestation de la vérité.

Poursuivant l’enquête, l’exploitation des résultats des réquisitions faites, ont conduit les policiers chez le nommé Pape Alioune Fall, né en 1986 à Tambacounda, menuisier, domicilié au quartier Saré Guilèle. « Les égratignures trouvées sur sa poitrine et sur ses parties intimes ainsi que la découverte d’un caleçon tacheté de sang qui, selon les analyses de la Police Technique et Scientifique s’est révélé être celui de la victime, ont amené le sieur Fall à avouer son acte. Il reconnaît également avoir agi seul », indique la police.

La perquisition effectuée dans sa demeure a permis de découvrir le téléphone portable de la victime soigneusement dissimulé à l’intérieur du matelas qu’il a troué pour la circonstance.

Lors de son audition, le mis en cause a déclaré avoir attendu la sortie du gardien pour s’introduire dans la demeure. Il a ajouté qu’après son crime,  il a escaladé le mur de la clôture, à l’aide d’une échelle trouvée sur place.