NETTALI.COM – Les étudiants du Sénégal, debout comme un seul homme, ont commémoré ce mercredi 15 mai, l’An 1 du meurtre de Fallou Sène. En sit-in ce matin, le collectif des amicales de l’Université Cheikh Anta Diop a brandi une menace. Il donne un ultimatum de trois mois, soit 90 jours, à l’autorité pour élucider cette affaire. Au cas contraire, ils vont investir la rue.

Très remontrés contre cette ‘’lenteur judiciaire’’, les étudiants de l’UCAD n’ont pas mis de gants pour exprimer leur colère. Ils réclament justice. « Nous avons alerté depuis septembre 2018, mais personne n’a réagi », tonne le porte-parole du collectif, Serigne Ahmed Sène. Avant d’ajouter :

« Dans ce pays, des dossiers inutiles ont surgi et des gens se sont attelés à rendre justice. Pourtant, cette fois-ci, il s’agit de la mort d’un étudiant. L’espoir d’un pays et de toute une famille. Un responsable de famille, marié et père d’un enfant. On lui a ôté la vie et les autorités font la sourde oreille ».

« Il est temps que ça cesse. Nous donnons un ultimatum. Nous disons à l’autorité de faire en sorte que dans ce trimestre-là, que justice soit faite. Sinon qu’elle ne soit pas surprise de nous voir dans la rue si aucune initiative n’est prise. Nous disons à l’autorité qu’il est temps qu’on ait plus d’étudiants tués dans leurs campus sociaux », avertit le porte-parole du Collectif des amicales de l’UCAD.

” Le dossier est au point mort”

Si les étudiants sont frustrés et déçus des lenteurs judiciaires, tel aussi est le cas chez l’avocat de la famille du défunt, maître Assane Dioma Ndiaye. « S’il s’agissait d’une voiture, on dirait que le dossier est au point mort », a déploré la robe noire, sur les ondes de la Rfm.

Selon l’avocat, il est inadmissible que les Sénégalais qui n’obtiennent pas justice dans ce pays se tournent vers la CEDEAO. De son avis, cette démarche devrait être une exception et non un principe. Alors qu’est ce qui explique cela ? « L’exécutif tord le bras à la justice. Nous faisons appel aux autorités pour qu’elles se ressaisissent afin de mettre au même pied les citoyens », martèle-t-il.

15 mai 2018 – 15 mai 2019, voilà un an déjà que Fallou Sène quitta ce bas monde. L’étudiant a été tué par balle lors d’affrontements entre forces de l’ordre et étudiants de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Ces derniers réclamaient le payement de leurs bourses. Un an déjà, sa famille et les étudiants réclament toujours justice.