NETTALI.COM- Le procès en appel de l’affaire des faux médicaments de Touba Bellèle s’est ouvert ce matin, mais l’audience a été renvoyé au 27 mai prochain. Pour cause, l’un des accusés, Mamadou Oury Diallo, était absent.Selon nos sources, ce dernier a bénéficié d’une grâce présidentielle sans aucun papier officiel, qui atteste de cette décision.

A ce propos, Me Abdoulaye Babou, avocat de la partie civile, a précisé que cette situation est bizarre puisqu’il n y a aucun document officiel sur cette grâce. C’est pourquoi, explique-t-il, le juge a demandé une vérification de la situation carcérale de ce détenu.

La robe noire a également signalé que lorsque l’affaire a été appelée à la barre, Bara Sylla a comparu. Sur ce, le président de la Cour a demandé à Mamadou Oury Diallo de venir devant la barre, mais tout le monde s’est tu. “Il n’y a aucun document qui le précise, aucune trace d’une grâce accordée à Mamadou Oury Diallo“, a-t-il dit.

A cet effet, la Cour a été obligée de renvoyer l’affaire au 27 mai prochain en promettant de creuser davantage sur cette question. A cet égard, le président a souhaité, à juste titre, qu’on lui fasse la situation, relativement à la position du détenu dont on nous dit qu’il a été libéré à l’issue d’une grâce et qu’il est rentré même en Guinée.

Pour  rappel Mamadou Oury Diallo a été condamné en première instance par le tribunal correctionnel de Diourbel à 5 ans de prison ferme tandis que son acolyte Bara Sylla lui a écopé de 7 ans ferme. Ils avaient été reconnus coupables en décembre 2018 des délits de trafic de faux médicaments, exercice illégal de la profession de pharmaciens et associations de malfaiteurs. La valeur des médicaments saisis était estimée à un milliard 350 millions de francs Cfa