NETTALI.COM – L’affaire Oumar Watt du nom du jeune sénégalais battu par un militaire français dans une boite de nuit aux Almadies, a été jugée ce jeudi 25 avril. En attendant la décision du tribunal, Mike Teiho encourt une peine de 2 ans dont 7 mois ferme et le paiement de la somme d’un milliard de francs Cfa que lui réclame la partie civile.

 C’est le 9 mai prochain que la deuxième chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Dakar rendra sa décision.

Dans cette affaire, Mike Teiho est accusé d’avoir battu Omar Watt, lui occasionnant une incapacité temporaire de travail de 60 jours.

Face aux juges, le jeune soldat de 23 ans a reconnu les faits. Toutefois, il a confié avoir donné un seul coup à la victime et c’est à la mâchoire. « Lui et ses amis ont frappé mon caporal qui était ensanglanté. J’ai voulu intervenir,  il a tenté de me donner un coup que j’ai esquivé. J’ai répliqué par un coup de poing et il est tombé. Les autres m’ont roué de coups » s’est-il défendu.

La victime a servi une autre version. « Je me rendais à la discothèque. Lorsque je me suis garé, je les ( Mike et ses collègues militaires) ai vus se disputer avec mes copains. J’ai voulu m’enquérir de la situation et il m’a roué de coups. J’ai perdu connaissance car il m’a frappé à la nuque. Mes amis n’ont pas riposté car ils pensaient que c’étaient des terroristes », a soutenu Oumar Watt.

Entendue à titre de renseignement, Halimatou Watt, la sœur d’Oumar a confié que son frère était dans le coma lorsque je l’ai trouvé à Fann où il a été hospitalisé avant d’être transféré à Suma Assistance. A l’en croire, son frangin ne s’est pas encore remis de ses blessures car il doit retourner en Tunisie pour un rendez-vous médical.

C’est pourquoi Me koureyssi Bâ estime que l’instruction est inachevée. Par conséquent, il ne peut pas plaider le dossier devant cette chambre mais plutôt devant les juridictions africaines. Au cours de sa plaidoirie, l’avocat a subodoré qu’il y a risque d’impunité, vu que le prévenu est de nationalité française.

« Quelle que soit sa nationalité, justice lui sera rendue. Chaque jour, on juge ici différentes nationalités », lui a rétorqué le substitut du procureur Seydina Oumar Diallo. Sur les faits, le parquetier a soutenu que l’excuse de provocation ne saurait prospérer car même s’il y’a eu attaque, la riposte est disproportionnée.

Les conseil du militaire ont toutefois fustigé « les propos racistes » de leur confrère de la partie civile. Aussi Me Abou Abdoul Daff et Demba Ciré Bathily, se sont-ils montrés  dubitatifs face aux informations selon lesquelles Oumar Watt a été dans le coma et qu’il est toujours en soin. Ils jugent « faramineux » le montant de 1 milliard réclamé par Me Bâ et ont demandé que l’affaire soit ramenée à sa juste proportion.