NETTALI. COM – Siré Dia, administrateur des Postes, précédemment directeur général de La Poste, est nommé président du Conseil d’Administration (PCA) de la Loterie nationale du Sénégal (LONASE). Il est remplacé à la tête de La Poste par Abdoulaye Bibi Baldé, économiste et ancien ministre.

Cette décision, qui a été prise ce mercredi en conseil des ministres, va relancer la polémique afférente à la gestion de cette entreprise stratégique.

Pour rappel, des agents  du Syndicat des national des travailleurs des Postes et des Télécommunications avaient, le 25 septembre passé, organisé une assemblée générale pour dénoncer la « mauvaise gestion de La Poste par son directeur général M. Siré Dia qui, sans réponse face aux difficultés financières de l’entreprise, s’attaque aux ressources humaines par des sanctions arbitraires ». On se souvient que cette assemblée générale avait occasionné plusieurs blessés, puisque d’autres syndicalistes proches du directeur général s’étaient vigoureusement opposés à sa tenue.

La gestion de M. Dia était souvent associée au népotisme. « Comment ne pas penser à la Société nationale LA POSTE dont la gestion défie toute rationalité ? En effet, il est de notoriété publique que cette société nationale a une masse salariale supérieure à ses produits d’exploitation, et le miracle de sa survie ne s’expliquant que par les ressources sans limite mises à sa disposition par le Trésor public. La Poste est maintenue dans un coma végétatif pour des raisons politiciennes. Ce cas d’école d’une irrationalité débridée et assumée est illustratif de la mentalité des flibustiers qui gangrène notre économie », dénonçait Thierno Alassane Sall, lors du lancement de son mouvement le 28 octobre 2017.

Pas plus tard qu’en août 2018, le Fonds monétaire international avait, selon le député Mamadou Lamine Diallo de Tekki, demandé un audit de La Poste et préconisé une réforme du secteur. Cela, à cause d’une dette de 108 milliards de F Cfa. Ce rapport du Fmi alertait sur les opérations de compense, portant sur 150 milliards F Cfa, entre sa société et le Trésor public.

Selon d’autres révélations portées par le quotidien Libération, le 16  août 2018, M. Dia a signé des contrats « suspects » avec la Nouvelle société inter-africaine d’assurance((NSIA), à hauteur de plus de 10 milliards F Cfa.

Ces contrats, à en croire notre confrère, ont été conclus au taux rémunérateur minimum des primes (3%). Ce qui est bien en deçà de celui du marché actuel. Ces contrats consistent à assurer une retraite complémentaire et à externaliser l’indemnité de départ à la retraite chez les assurés. Pis, les services normalement concernés (service juridique, cellule des marchés, ressources humaines…) n’ont pas été mis au parfum.

Auparavant, suite à la publication du rapport 2014-2015 de l’organe de  l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption(OFNAC) en 2016, il a été décelé des pratiques de « faux et usage de faux sur l’acquisition de fournitures de bureaux, au groupe Postfinances».

En définitive, Abdoulaye bibi Baldé a du pain sur la planche. Il devra nettoyer les écuries d’Augias et remettre à l’endroit ce qui a été mis à l’envers après le passage de Siré Dia.