NETTALI.COM – Le dernier numéro du site spécialisé Ecofin Hebdo a consacré tout un dossier aux opérateurs de téléphonie mobile ayant expérimenté, en Afrique, le concept d’hyper-connectivité qu’offre la 5G.
Ainsi, en septembre 2018, la Société nationale des télécommunications du Sénégal (Sonatel) a évolué dans ses services, se rapprochant de la 5G en lançant la 4G+.
« En effet, le tout premier réseau commercial à très haut débit du continent a été lancé le 25 aout 2018 au Lesotho (Afrique du sud) par l’opérateur de téléphonie mobile Vodacom », informe, encore, notre confrère.
« Bien que le cadre réglementaire pour la 5G ne soit pas encore favorable dans les marchés où ils opèrent, de nombreuses sociétés télécoms, impatientes de se lancer sur le segment du très haut débit, fourbissent déjà leurs armes en espérant ardemment que les politiques se bougent enfin. En Afrique du Sud, Vodacom et MTN qui militent depuis 2017 pour une libération des fréquences télécoms ont déjà testé avec succès la 5G sur leur réseau. Vodacom a effectué son expérimentation le 07 juillet 2018 dans la ville sud-africaine de Durban, en s’appuyant sur les compétences techniques de Nokia. Son rival de toujours, MTN, a démarré la sienne le 15 novembre 2018, en collaboration avec la société technologique Ericsson. Ils ont été rejoints plus tard par le fournisseur sud-africain de solutions de télécommunications, Comsol Networks qui a mené son expérimentation via la bande de fréquences du spectre radioélectrique de 28 GHz, dans la banlieue de Soweto. En février 2019, l’opérateur sud-africain de réseaux Internet mobile, Rain, annonçait pour sa part le lancement commercial de son réseau 5G dans le pays dès le mois de septembre 2019 », ajoute notre source, qui précise qu’avec Mobilis la 5G fait son entrée en Algérie.
« Au Maroc voisin, c’est Inwi qui annonce la 5G pour très bientôt. La société télécoms qui a initié une modernisation agressive de son réseau depuis 2017 a fait appel à la société technologique chinoise Huawei pour tester la technologie à très haut débit dans les prochains jours. Au-delà de ceux qui sont déjà prêts techniquement pour la 5G en Afrique, il y a ceux qui ont investi et ceux-là qui continuent à investir de manière colossale dans l’optique d’être fin prêt pour la technologie de super connectivité », renseigne Ecofin Hebdo.
« Au regard de l’investissement conséquent engagé par les opérateurs télécoms depuis 2017, relève le journal, il transparait clairement que le réseau 5G sera une réalité dans une assez grande partie du continent d’ici 2020. Cependant, compte tenu des réalités numériques actuelles de l’Afrique- faible couverture des réseaux télécoms, accès au haut débit encore assez cher, faible transformation numérique des pays- une question s’impose. Le continent est-il déjà prêt pour le très haut débit? Pour Mariam Abdullahi, directeur de l’industrie des télécommunications chez SAP, c’est non ».