NETTALI.COM – Macky Sall a formé un gouvernement de 32 ministres et 3 secrétaires d’État. Et a présidé ce mercredi le premier Conseil des ministres de son quinquennat. Si les quelques nouvelles têtes qu’il a appelées dans l’attelage gouvernemental sont tout heureux, c’est tout le contraire de la majorité des membres de la mouvance présidentielle.

En effet, aucun transhumant n’a été «récompensé» et des «alliés de la première heure» sont toujours laissés en rade.

Abdoulaye Baldé,  maire de Ziguinchor, Aïssata Tall Sall, édile de Podor, ou encore Modou Diagne Fada qui a largement gagné à Darou Mousty, des «transhumants» qui ont quitté le camp adverse pour rejoindre le président, n’ont obtenu aucun poste au sommet de l’État.

La frustration est tellement grande que la coalition risque une implosion. En tout cas, certains n’ont pas hésité à se faire entendre.

« On gagne ensemble, on gère ensemble. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas», soutient un allié frustré, une manière de rappeler la promesse du candidat Macky Sall en 2012 : «on gagne ensemble, on gouverne ensemble».

«On a mouillé le maillot pendant la campagne. Et maintenant ? », s’interroge Ousmane Sèye de la Coalition pour l’émergence, qui s’empresse d’ajouter qu’il n’a jamais demandé de fonction ministérielle. « Macky Sall a privilégié sa garde rapprochée. Le président a subi les pressions d’un lobby», peste un autre élu, membre de la mouvance présidentielle.

Les soutiens du président réclament ainsi des «actes forts» s’il ne veut pas que leur coalition se disloque.

Ce qui laisse croire que Macky Sall est parti pour avoir un quinquennat difficile.