NETTALI.COM – À la sortie du procès de l’élève Saer Kébé , son avocat s’est prononcé sur le réquisitoire du procureur. Me Assane Diomba Ndiaye estime le parquet a voulu aller au bout de sa logique mais il n’avait pas les moyens d’établir la culpabilité de Saer Kébé

Selon lui, la loi de 2016 visé par ce dernier est une loi nouvelle mais les faits date de 2015. “Cette loi est plus sévère que la loi de 2007 qui devrait régir les faits. Déjà, le procureur n’avait pas les moyens juridique de rétroagir”, a-t-il fait savoir. Parce que, explique-t-il, la loi pénale ne peut rétroagir que si elle est plus douce mais dès lors qu’elle est plus grave par l’enrichissement des incriminations, cette loi de 2016 devient une loi fourre tout qui aggrave l’infraction de terrorisme ne peut pas être appliquée à des faits qui date de 2015. Ainsi, la robe noire reste convaincu que le réquisitoire du procureur ne peut pas prospérer. Et nous espérons que le tribunal va envoyer mon client sera renvoyé du fin de la poursuite.

Pour rappel, Saer Kébé est jugé pour acte de terrorisme et apologie du terrorisme risque 5 ans de travaux forcés. Le verdict sera rendu le 10 avril prochain (La suite voir vidéo)