NETTALI.COM. – Le massacre de plus de 130 peulhs ce samedi au centre du Mali ne devrait pas rester sans conséquence. Si les autorités maliennes se sont pour le moment arrêtées à dissoudre la milice dogon Dan Nan Ambassagou, la Cour pénale internationale a décidé de se saisir du dossier. La procureure Fatou Ben Souda l’a dit dans une déclaration publique.

«Mon bureau est en contact étroit avec les autorités maliennes, notamment dans le cadre de ces événements signalés récemment.» C’est ce qu’a déclaré, ce lundi 25 mars, la procureure de la Cour pénale internationale (Cpi), la Gambienne Fatou Ben Souda. Qui promet de prendre toutes les mesures qui s’imposent, «en complémentarité avec le système de justice pénale du Mali».

Pour elle, il faut «veiller à ce que ceux qui ont participé ou contribué de toute autre manière à ce qui semble être des crimes abominables susceptibles de relever de la compétence de la Cour pénale internationale fassent l’objet d’une enquête et de poursuites». A en croire Fatou Ben Souda, une délégation du bureau du procureur de la Cpi sera au Mali cette semaine pour y rencontrer les représentants des autorités compétentes pour discuter de ces questions. «Mon bureau demeure saisi de cette situation et continuera de suivre de près les événements qui se produisent dans le centre et dans d’autres régions du pays», ajoute-t-elle.

La magistrate indique, par ailleurs, que le bureau du procureur de la Cpi mène des examens préliminaires, des enquêtes et des poursuites à propos du crime de génocide, des crimes contre l’humanité, des crimes de guerre et du crime d’agression, en toute impartialité et en toute indépendance.