NETTALI.COM – Woré Gana Seck est foncièrement contre la dissolution de l’Assemblée nationale suggérée par certains responsables politiques, au lendemain de la Présidentielle. La présidente de la commission Environnement du Conseil économique social et environnemental ( Cese) estime que c’est un manque de confiance en plus d’être un acte anti républicain.

« Dissoudre l’Assemblée nationale signifie qu’on n’a pas confiance à nos institutions. Ce n’est pas républicain. Nous avons élu les députés pour cinq ans, donc laissons les finir leur mandat », a déclaré l’ex-président du Congad, invitée de l’émission « Jury du dimanche » de iRadio, ce dimanche 10 mars 2019.

Pour Woré Gana Seck, au lieu de mettre fin à la 13ème législature, ce qu’il faut plutôt dénoncer, c’est le comportement des députés élus. Ces derniers, souligne-t-elle, doivent être conscients qu’ils sont élus pour défendre le peuple et non un parti X. « Il faut que chacun voit sa façon de faire, de s’exprimer et éviter de se tirer le chignon », fulmine-t-elle.

Quid du Cese considérée comme une institution de plus ? La conseillère estime que le Cese a encore sa place au Sénégal au regard de la qualité des hommes qui la composent. Toutefois, a t-elle estimé, la parité doit y être appliquée puisqu’il n’y a qu’une trentaine de femmes pour un total de 120 membres. Aussi la conseillère, impute-t-elle la faute aux institutions qui préfèrent envoyer des hommes pour les représenter.

Pour changer la donne, Woré Gana Sarr pense qu’il faudrait désormais dans la lettre adressée aux institutions, que le Cese précise le nombre de femmes et d’hommes pour ensuite faire son choix.