NETTALI.COM – Les financements ne suffisent pas aider les femmes. La directrice d’Intelligence magazine, Amy Sarr Fall estime qu’il faut plutôt les aider à scolariser leurs filles pour éviter les « gaspillages intellectuels », notamment l’abandon de l’école à cause des mariages précoces.

« Quand on parle de l’inclusion financière, on pense souvent que les femmes n’ont besoin que d’argent. Ainsi, on donnait beaucoup de financements. Mais, au bout de quelques années, on a compris que ces financements à quelques exceptions près, deviennent éphémères, parce qu’on n’arrive pas à les pérenniser », a déploré Amy Sarr Fall qui participait à une manifestation organisée par les femmes de l’Asecna, dans le cadre du 8 mars.

Fort de ce constat, la panéliste considère qu’aujourd’hui, « si on veut vraiment aider les femmes, il faut les aider à inscrire leurs filles à l’école. » Parce que dit-elle, « au Sénégal, il y a énormément de gaspillage intellectuel car, beaucoup de filles quittent l’école pour être mariées ou faire des tâches ménagères. »

Toutefois, la directrice d’Intelligence magazine estime que les femmes veulent que le combat féministe prospère, il faut que celui-ci soit inclusif en tenant compte de nos valeurs et convictions religieuses.

« On n’a pas besoin d’aller vers des revendications extrêmes. Il faut tout simplement se mettre à l’évidence. A savoir que les femmes constituent 50% de l’humanité. Donc, à chaque fois qu’on privera une fille de son droit à l’éducation, on privera l’humanité d’une force importante » , argumente cette femme leader tout en invitant à la solidarité féminine. « Il faut nécessairement cultiver la solidarité féminine. C’est de battre pour les femmes qui n’ont pas la chance d’être épanouies », soutient Amy Sarr Fall.