NETTALI.COM – Le départ de Yakham Mbaye est réclamée par une bonne partie des travailleurs de l’entreprise SSPP Le Soleil. Les syndicalistes  reprochent au directeur général une mauvaise gestion.

Le renouvèlement du Collège des délégués des travailleurs de la SSPP Le Soleil a été l’occasion de faire le procès du directeur général Yakham Mbaye. En clair, le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics) et le Syndicat des travailleurs libres du Soleil (STLS) réunis ont obtenu six délégués sur les 10 dont trois titulaires et autant de suppléants.

Selon le camp gagnant, qui a fait publier un communiqué, cette « brillante » victoire  n’a pas été obtenue  sur un plateau d’argent.  Le directeur général Yakham Mbaye est accusé de s’adonner à des pratiques de « harcèlement », « d’arbitraire », de « menaces », « d’intimidation »  pour placer ses hommes aux commandes.

Le document d’indiquer qu’ayant perdu la bataille de positionnement de ses « amis » dans la désignation des candidats délégués du personnel des listes Synpics et STLS, M. Mbaye s’est procuré, d’une manière « frauduleuse », lesdites listes non encore déposées officiellement avec la complicité de ses « taupes ».

Puis, poursuit-on,  « faisant une exploitation cynique de ces documents et voyant en ces candidats, démocratiquement désignés par leurs collègues, des hommes dignes, capables de faire face à ses dérives managériales, il les affecte tous un soir de lundi 20 décembre 2021 à 20 h par message WhatsApp et avec effet immédiat. Parallèlement à cette affectation illégale et inopportune, Yakham Mbaye mobilise toute son énergie et ses faiblesses, et pèse de tout son poids pour faire gagner ses valets, mais sans succès’’.

Les syndicalistes  précisent que se sentant atteint dans son amour-propre, le DG n’a pas trouvé mieux que de réactiver ses décisions d’affectation qu’il s’était, au cours d’une rencontre, engagé à abandonner, parce que simplement prises dans le but « d’emmerder ».  A en croire l’accusation, ces propos ont été tenus à haute et intelligible voix au cours de ladite rencontre initiée à sa demande. ‘’Ainsi, il a activé, ce jeudi 30 décembre 2021, son administration pour intimider les travailleurs arbitrairement affectés et dont les dossiers liés à cette forfaiture sont à l’inspection du travail et à la Direction du travail, pour arbitrage.

Il nous est revenu, en outre, que « son chef de service des ressources humaines est en train de chercher activement des huissiers de justice dans les régions et départements pour faire constater l’absence des délégués du personnel et des syndicalistes arbitrairement affectés pour leur coller un motif en vue de les licencier ». « Son objectif inavoué est de faire tout pour empêcher aux nouveaux délégués d’avoir un regard sur son management et sa gestion catastrophique du Soleil’’, renseignent les syndicalistes. Cette attitude, poursuivent les travailleurs, va crescendo depuis qu’il a déclaré, depuis la France, qu’il s’apprête à rentrer et qu’à son retour, « le sang va gicler ». On apprend que sept employés ont été licenciés, d’autres sous la menace de perdre leur travail. ‘’Un sinistre record depuis la création du Soleil en 1970’’, remonte le texte.

‘’Nous invitons le président de la République, Macky Sall, et le ministre de la Communication, Abdoulaye Diop, à trouver à l’entreprise Le Soleil un manager à la hauteur de la qualité des hommes et des femmes qui y travaillent et les débarrasser de cet « emmerdeur » auto-proclamé. La SSPP Le Soleil est trop sérieuse pour être dirigée par un « emmerdeur ». Elle est un patrimoine qui dépérit, malmené par un homme fantasque’’, conclut le communiqué.

Ces derniers prennent date pour la tenue d’une conférence de presse aux fins de revenir sur leurs accusations avec plus de clarté.