NETTALI.COM – Selon Macky Sall, on ne doit pas appliquer à l’Afrique des standards propres à l’Europe pour calculer le déficit public.  De l’avis du président sénégalais, il faut enlever les dépenses militaires au moment de calculer ledit déficit.

De la tribune du Forum Paix et sécurité, le chef de l’Etat, Macky Sall  a plaidé, hier lundi,  pour une révision du critère relatif au déficit public. De l’avis du président de la République, c’est aberrant de fixer le taux de déficit des Européens aux Africains. “Le critère relatif au déficit budgétaire est une aberration pour les Etats africains. On ne peut pas exiger de façon mécanique les critères qui ont marché ailleurs… C’est insensé d’exiger un déficit au taux de 3 %. Nous, nous nous battons tous les jours contre. Au moins, qu’on enlève du calcul du déficit les dépenses militaires. Elles sont devenues fondamentales pour nos Etats, pour qu’ils puissent disposer du minimum’’, dénonce le président Sall.

Au sujet de la question du terrorisme dans le Sahel, le président de la République, Macky Sall, a estimé que les forces de maintien de la paix de l’ONU ont montré leurs limites et qu’il faudrait envisager des solutions alternatives. « Le rôle de ces forces, fulmine Macky Sall, c’est de promouvoir la paix. Quand on combat des djihadistes, on doit envisager d’autres solutions. Avec les forces d’intervention, les Africains ont pu rétablir la paix dans certains pays. On l’a fait notamment au Liberia, en Gambie, en Guinée-Bissau, au Mozambique…’’.

Aussi, précise le numéro un sénégalais, les Etats africains se heurtent surtout à un problème de moyens pour reproduire ces modèles dans certains théâtres d’opérations. “Le problème avec la CEDEAO et nos Etats, c’est que nous n’avons pas les moyens de financer certaines formes d’intervention. Parce que le coût est hors de portée de nos économies. Il faut donc voir comment financer ces interventions avec nos partenaires’’, souligne Macky Sall.