NETTALI.COM – Alors qu’une suspicion est portée sur elle, relativement à sa proximité avec Moustapha Niasse, Soham el Wardini rappelle qu’elle est toujours membre de l’AFP. va-t-elle rejoindre la majorité une fois réélue ? Elle préfère laisser les cancans râler. 

Malgré son parti-pris manifeste en faveur de son prédécesseur à la tête de la Ville de Dakar,  Khalifa Sall, dans l’affaire de la caisse d’avance, Soham Wardini, quand bien même elle a gelé ses activités depuis 4 à 5 ans, n’a pas quitté l’Alliance des forces de progrès (Afp). Elle l’a confirmé ce jour à l’émission « Jury du Dimanche ». « En politique, on a toujours quelques désagréments qui font que, parfois, vous préférez prendre du recul. Je suis dans cette position. Dieu seul sait ce qui va arriver demain », a affirmé l’ex-responsable de l’Afp à Mermoz Sacré, précisant qu’elle n’a pas été exclue non plus.

La mairesse de Dakar insiste ainsi sur l’excellente qualité de ses relations avec le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse. « C’est un grand frère. Le président Niasse est un homme, pour qui, j’ai beaucoup de respect. On se parle de temps en temps. Il y a certains camarades de l’Afp qui sont avec moi, parce que, lorsque j’ai eu ce petit problème, certaines femmes de mon département m’avaient suivi » souligne-t-elle.

Toutes choses qui font qu’on la soupçonne de vouloir rejoindre la majorité, si jamais elle est réélue maire de Dakar. Soham Wardini prend ces critiques pour des élucubrations sans fondement. « Il y a toute sorte de commentaires. On me reproche beaucoup de choses. Mais je suis tranquille avec ma conscience. Ce que je dois faire, le moment venu, je le ferais. Quand j’ai été élue, en 2018, j’avais dit que j’allais travailler avec tout le monde. Un Conseil municipal doit travailler pour les populations qui l’ont élu. On s’était mis d’accord pour laisser de côté nos audiences politiques. Je ne comprends pas cette attitude à vouloir dire que je vais être avec certains et laisser d’autres. Je vais travailler avec tout le monde », martèle l’édile de la capitale.

Sur un autre registre, Soham Wardini revient sur l’enchaînement des évènements ayant conduit à sa mise à l’écart dans la course pour le contrôle de la Ville de Dakar.  Celle qui se prend pour la candidate naturelle de la coalition Taxawu Senegal abonde : « C’est à 24h (de la clôture du dépôt des listes électorales) que j’ai su que je n’étais pas choisie par ma coalition, Taxawu ».

La maire sortante de Dakar de révéler comment et pourquoi a-t-elle rejoint la coalition de l’Union citoyenne Bunt- Bi (Uc Bunt-Bi), consécutivement à sa mise à l’écart au profit de Barthelemy Dias.  « Parce que, je suis la candidate sortante. J’ai le droit de défendre mon bilan. Ma candidature était légitime. C’est pourquoi, j’ai pris contact avec les dirigeants de l’Union citoyenne Bunt- Bi (Uc Bunt-Bi) dont j’avais discuté, une semaine avant, avec une de ses responsables… dans ce parti, on prône des valeurs de civisme, de la citoyenneté. Ce qui correspond exactement à ce que je voulais faire. Je remercie les responsables de ce parti qui ont accepté de porter ma candidature. Ils étaient contents et ravis de m’avoir comme tête de liste. Je ferai tout pour gagner ces élections. D’abord, en présentant mon bilan aux Dakarois. Nous avons beaucoup fait à Dakar », conclut-elle.