NETTALI.COM – a liste d’investiture des candidats de Bby aux Locales du 23 janvier, a commencé à révéler ses premiers secrets. Certes, il n’y a pas eu beaucoup de surprises dans les choix du chef de la majorité, mais la confection n’a pas été de tout repos. Elle a demandé du temps, du tact, mais aussi une prise en compte de l’équilibre des forces dans toutes les communes. 

C’est un secret de polichinelle. Une vérité tangible qui rejoint la boutade populaire Wolof : «Guedj gui amna Ndokh (il y a de l’eau dans la mer).» Tant le fait est évident, connu de tous. Il fonde la méthode Macky, homme politique taciturne et habilement silencieux, qui sait entreprendre avec patience, de manière presque imperceptible. Dans tout ce qu’il fait, ou presque, Macky Sall tente toujours d’avoir une longueur d’avance. Et la conception de la liste ne fait pas exception à ce procédé-là. Le patron de la majorité a cuisiné son plat, avec soin et à petit feu, en maintenant la cuisson à la limite de l’ébullition. En équilibre des forces de la majorité présidentielle.

166 sondages demandés par Macky Sall
Selon nos sources, rien n’a été fait au hasard. C’est sur la base d’éléments probants, sortis des 166 études de sondage commanditées par Macky Sall que les choix de Bby ont été faits. Durant plus de trois semaines, le patron de Bby a dépêché des missions sur le terrain pour tâter le pouls des militants. Certaines communes ont été «sondées» deux à trois fois parce que Macky Sall voulait que l’échantillonnage respecte la structuration des populations. Les notes des missions de renseignement ont été également mises à profit. Puis, des missions politiques ont été envoyées pour limiter les marges d’erreur. Selon les mêmes sources, le principe directeur pour Macky Sall était l’équilibre de la coalition pour chercher le moindre mal face aux multiples candidatures avec l’aide de son cabinet politique, dont Mahmouth Saleh, Mor Ngom et le mandataire Benoît Sambou. Le patron de l’Apr aurait donc procédé par élimination, conscient que certaines candidatures ne pèsent presque rien sur la balance. L’un des principaux critères est qu’il fallait choisir un candidat qui fédérera toutes les forces de Bby autour de lui. Un rassembleur. «Il faut faire des choix qui peuvent éviter la fragilisation de la coalition», confiera Macky Sall à ses collaborateurs. Pour le patron de la majorité présidentielle, il fallait tenir compte des réalités socio-politiques selon lesquelles un maire sortant est souvent difficile à battre. A l’exception de quelques communes, il fallait reconduire les maires sortants qui ont une base politique et une responsabilité nationale, mais surtout conserver la durabilité de la coalition Bby.

Ce que Moustapha Niassa demandé à Macky Sall
Dans ses choix, Macky Sall n’a parfois pas voulu gêner ses alliés de Bby. Il les a associés au choix des candidats. Des alliés pas trop gourmands. Moustapha Niass, l’un de ses plus fidèles alliés, fera quatre demandes, à Dakar, au patron de Bby pour permettre à ses poulains de l’Afp de s’affirmer. C’est ainsi qu’il a saisi Macky Sall pour que le maire progressiste des Hlm, Babacar Sadikh Seck dit Pape et Santy Agne, maire de Sicap Liberté, soient reconduits et que le Dr Malick Diop et Zator Mbaye soient investis respectueusement à Fann-Point-E et Mermoz-Sacré Cœur. Pour les communes des Hlm et de Mermoz-Sacré-Cœur, le vœu de Moustapha Niass a été exaucé par le patron de Bby. Mais pour Fann-Point-E, les différents sondages ont montré que le ministre Abdou Karim Fofana était le meilleur profil. Pour le cas de Santy Agne, c’est lui-même qui aurait fait part de son indisponibilité, en laissant la voie libre au ministre Zahra Iyane Thiam. Dans certaines zones, pour couper la poire en deux, le chef de l’Etat a parfois choisi la commune pour son parti et le département pour ses alliés. C’est le cas à Kaffrine où le ministre Abdoulaye Saydou Sow va diriger la liste de la commune et le maire sortant Abdoulaye Wilane, celle du département. Parfois aussi, le patron de l’Apr a tout bonnement préféré ses responsables politiques à ses alliés. A Golf Sud, Aïda Sow Diawara, maire sortante, n’a pas été choisie pour diriger la liste. Elle a vu le directeur général de la Lonase, Lat Diop, passer tête de liste de Bby dans cette commune.

Thiès laissé à l’appréciation de Idy
Dans presque toutes les communes, Macky Sall a pu, malgré tout, établir ses listes. A Podor jusqu’à hier, tard dans la nuit, un choix n’avait pas encore été fait. Le duel à mort entre l’édile sortante Aïssatou Tall Sall et Mamadou Racine Sy devra être arbitré par le chef de Bby. En 2014, les deux candidats étaient au coude à coude et il a fallu une longue procédure judiciaire pour que Aïssatou Tall Sall soit désignée maire de Podor. Pour cette circonscription comme pour quelques autres, le Président Macky Sall pourrait faire régner le principe de la démocratie. C’est le cas à Podor, Sokone et éventuellement Diarrère.
A Sokone, même si le ministre, Secrétaire général du Gouvernement, Abdou Latif Coulibaly a été choisi pour diriger la liste, le Président pourrait y accepter des listes parallèles. A Diarrère  aussi, Thérèse Faye, désignée tête de liste, et le secrétaire d’Etat Moïse Sarr pourraient en découdre. Pour Thiès, les choix devraient être faits par Idrissa Seck. Mais déjà, l’on rapporte que pour la ville, son choix se portera sur son lieutenant Yankhoba Diattara. Bassirou Diop est pressenti à Thiès-Est et Aliou Sow à Thiès-Ouest. Thiès-nord reviendra à Lamine Thiam. Pour le Conseil départemental, Macky Sall a choisi l’ancien directeur de la Poste, Ciré Dia. A Keur Massar Sud aussi, Macky Sall n’aurait pas encore fait de choix.

Diouf Sarr choisi pour Dakar, Amadou Bâ coordonnateur Bby à Dakar
A Dakar où devra se dérouler la bataille…capitale, c’est le maire de Yoff,  le ministre de la Santé et de l’Action Sociale, Abdoulaye Diouf Sarr qui est passé en tête devant Amadou Bâ. L’ancien ministre des Finances s’est vu confier le poste de coordonnateur de la coalition Bby à Dakar. Il devra se surpasser pour porter son rival Abdoulaye Diouf Sarr à la tête de la mairie de Dakar. Toujours, pour garder l’équilibre de la coalition et éviter des frustrations, Macky Sall a appelé personnellement ou reçu des candidats à la candidature qui n’ont pas été retenus pour arrondir les angles. Certains avant son voyage à Dubaï pour assister à la journée du Sénégal, d’autres à son retour.