NETTALI.COM – Attraits à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, le faux médecin Abdou Wakhab Diop et Awa Dème Sow, reconnus coupables des chefs d’usurpation de fonction et mis en danger de la vie d’autrui ont été condamnés à 2 ans de prison dont 6 mois ferme.

Grossir des fesses pour avoir de belles rondeurs afin de faire tomber les hommes sous leur charme. C’est devenu une habitude chez de nombreuses femmes. Une tendance qui fait l’affaire de certains véreux prêts à usurper des fonctions pour se remplir les poches. Abdou Wahab Diop en fait partie. Ce dernier, se faisant passer pour un médecin, grossissait les fesses des femmes moyennant de fortes sommes. Mais ses agissements délictuels ont été stoppés par les éléments de la sûreté urbaine. Les policiers ont d’abord mis aux arrêts sa complice Awa Dème Sow qui, sous le feu roulant des questions, balance son nom. Abdou Wahab Diop sera arrêté dans les minutes qui suivent. Un arsenal de matériels est trouvé chez lui lors de la perquisition. Des boîtes de suppositoire, des crèmes fessiers, un tensiomètre, un télescope, une bouteille d’alcool bleue utilisée, 4 boîtes d’acide. Ils ont été, tous les deux, après interrogation, inculpés et placés sous mandat de dépôt.

Devant le prétoire, ils ont nié les faits. Mais, ils ont été confondus par les déclarations de la victime. Devant la barre, Salimata Sy a soutenu avoir contacté Awa Dème Sow via instagram pour lui faire part de ses désirs d’augmenter ses fesses. Ce, après qu’elle a vu les produits sur la page Facebook de la prévenue.

C’est sur ces entrefaites qu’elle l’a mise en rapport avec Abdou Wahab Diop qui reconnait avoir administré des injections à la dame. Mais, dément-il, “je ne me suis pas présenté comme un médecin.”

Pour se tirer d’affaires, il souligne que c’était la première fois qu’il agissait ainsi. Sauf qu’il a été incapable de donner des explications convaincantes relatives aux nombreux produits trouvés dans sa maison. Estimant que les faits ne souffrent d’aucune contestation, le parquet a requis 2 ans dont 6 mois ferme contre les prévenus. Une demande suivie à la lettre par le juge.