NETTALI.COM – Pénalisé à la fois par les accusations d’une lanceuse d’alerte et une panne géante, le titre Facebook a perdu jusqu’à 6 % lundi en cours de séance, avant de clôturer en perte de près de 5 %. Depuis la mi-septembre, les pertes de Mark Zuckerberg, cofondateur de Facebook, atteignent 15 milliards.

Sale temps pour Mark Zuckerberg ! Ce lundi 4 octobre, le jeune milliardaire à l’origine de la saga Facebook a vu son patrimoine fondre. Il se souviendra longtemps de la panne, désormais résolue, qui a frappé pendant des heures les réseaux sociaux et messagerie du groupe. À la clôture à Wall Street, l’action Facebook a perdu 4,89 %, à 326,23 dollars. Soit une baisse vertigineuse de la fortune de Mark Zuckerberg de plus de 6 milliards de dollars.

Poids lourd du Nasdaq, Facebook est au cœur de la tempête ces dernières semaines. Le titre a dévissé de 15 % depuis début septembre. Le groupe est accusé par une lanceuse d’alerte, qui va témoigner devant le Congrès mardi 5 octobre, de choisir ” le profit plutôt que la sûreté “. Des recherches internes au groupe ont montré que le réseau social Instagram a des effets négatifs sur le moral des adolescentes.

Une fortune estimée à plus de 120 milliards de dollars

A cause de la chute de ses actions, le patron du groupe Mark Zuckerberg, 37 ans, peut désormais compter sur une fortune de 121,6 milliards de dollars, selon un décompte de Bloomberg. En deux semaines, ses pertes atteignent 15 milliards.

En effet, la fortune personnelle de son propriétaire, Mark Zuckerberg, a chuté de près de 7 milliards de dollars, soit près de 3.944 milliards de francs Cfa.  Conséquence: M. Zuckerberg la reculé dans le classement des personnes les plus riches du monde, renseigne Bloomberg.

Les actions du géant des médias sociaux ont chuté de plus de 5% ce lundi. La baisse des actions a fait chuter la valeur de Zuckerberg à 120,9 milliards de dollars, le ramenant derrière Bill Gates au classement de Bloomberg. Il est, pour le moment, classé n°5 de l’indice “Bloomberg Billionaires”. Il a perdu environ 19 milliards de dollars de richesse depuis le 13 septembre, alors qu’il valait près de 140 milliards de dollars, selon l’indice.
Facebook est une des plus importantes capitalisations de Wall Street, se rangeant en général derrière Apple, Microsoft, Google (Alphabet) et Amazon. Mais ce statut n’épargne pas le groupe d’être aussi critiqué par la Maison-Blanche. Pour le président américain, Joe Biden, Facebook ” ne sait pas se réguler soi-même “, d’après sa porte-parole Jen Psaki. Et on reparle du démantèlement possible du géant de Pablo Alto.