NETTALI.COM – Annoncé comme un des possibles successeurs de Ronald Koeman sur le banc du FC Barcelone, Xavi Hernandez ne s’est pas encore prononcé. Mais pour Luis Suarez, l’ancien génie des Catalans n’a aucun intérêt à aller entraîner le Barça au vu de sa situation actuelle. L’actuel attaquant de l’Atlético conseille à son ancien coéquipier de faire preuve de patience.

En fin de contrat le 30 juin prochain, Ronald Koeman pourrait bientôt quitter le FC Barcelone dans la mesure où le club catalan est en train de s’enfoncer dans une profonde crise sportive et occupe la dernière place de sa poule en Ligue des champions.

Il doit attendre

Ainsi, la direction barcelonaise serait déjà en train de travailler sur la succession du Néerlandais. Dans cette optique, le nom de Xavi a été évoqué dans la presse ces derniers temps. Mais aux yeux de Luis Suarez, l’ancien milieu du Barça, actuellement entraineur à Al-Sadd, ferait une erreur en revenant dès maintenant.

En tant que fan de football et de ce qu’il a fait en tant que joueur, je ne pense pas qu’aujourd’hui, demain ou après-demain soit le bon moment pour prendre en charge l’équipe. Il est intelligent et connaît les difficultés du club. Il doit attendre son heure. Il a des coéquipiers à l’intérieur avec lesquels il devra prendre des décisions et ce sera difficile “, a analysé El Pistelero l’occasion d’un entretien accordé à SPORT.

Suarez règle ses comptes avec Koeman

Luis Suarez reste convaincu que revenir au Camp Nou dans un contexte bien meilleur pourrait permettre à Xavi, pour le moment à Al Sadd au Qatar, d’être “aussi grand en tant qu’entraîneur que comme joueur“.

Arrivé à l’Atlético en septembre 2020 après six années passées chez les Blaugrana, l’Uruguayen a aussi profité de cette interview à Sport pour régler ses comptes avec Koeman. Il évoque “le mépris” dont aurait fait preuve à son égard l’actuel coach du Barça, qui l’aurait traité comme un enfant “de 15 ans“.

Pas tendre non plus avec Josep Maria Bartomeu, il voit les tensions entre Koeman et Joan Laporta comme “une guerre qui fait mal aux joueurs”, mais promet de ne pas célébrer s’il marque samedi au Wanda Metropolitano.