NETTALI.COM – Dans un entretien accordé au journal Le Témoin et publié jeudi, Pape Samba Mboup révèle que « Macky n’a jamais voulu emprisonner Karim Wade ». L’ex-chef de cabinet du pape du Sopi dévoile le contenu d’échanges qu’il a eus avec le président Sall, au lendemain de l’accession au pouvoir de celui-ci en 2012.

Dans un entretien avec Le témoin, Pape Samba Mboup vole au secours de Macky Sall et révèle que l’intention du chef de l’Etat n’était pas d’ « emprisonner Karim Wade. « Mes rapports avec le président Abdoulaye Wade étaient excellents. Cela, c’est un secret de Polichinelle. En plus, nous entretenions une complicité qui dépassait tout ce que l’on peut imaginer. Karim m’appelait tonton et me disait que lui et Sindjély savaient tout ce que j’avais fait pour son père et avec lui. Je suis donc particulièrement bien placé pour dire que le président Macky Sall a tout fait pour éviter d’envoyer Karim Wade en prison », explique celui qui a été exclu du Parti démocratique sénégalais.

Pour faire plus clair, l’ex-chef de cabinet du président Abdoulaye Wade détaille : « Une semaine après son accession au pouvoir, il m’a demandé de venir le voir à Mermoz où il habitait encore avant de déménager au Palais (Ndlr, il est revenu à Mermoz depuis !). Il m’a reçu à 1 heure du matin cette nuit-là. Lorsque je suis arrivé chez lui, j’ai trouvé dans sa salle d’attente un journaliste et un homme d’affaires mais c’est moi qu’il a reçu le premier. D’ailleurs, je l’ai trouvé en train de préparer ses valises car il devait effectuer le lendemain son premier déplacement à l’étranger en tant que nouveau président de la République. Naturellement, Me Abdoulaye Wade était au courant de cette audience. Dès que je me suis assis en face de lui, le président Macky Sall m’a demandé : « alors, tu viens travailler avec moi ? » Si j’étais un opportuniste, j’aurais sauté sur l’occasion d’autant plus que le président Wade nous avait fait comprendre qu’il était prêt à ‘’libérer’’ tout collaborateur dont Macky Sall avait besoin des services. Après quoi, il est entré dans le vif du sujet qui l’intéressait. « Viviane est ma mère et Sindjély ma sœur. Je ne ferai rien pour leur nuire. Mais Karim, c’est autre chose. Il correspond à une demande sociale car il a géré beaucoup de choses et il y a une exigence de reddition des comptes le concernant. Il va falloir regarder cela, si on trouve qu’il y a des problèmes de gestion, on peut transiger ». Dans mon entendement à moi, Pape Samba Mboup, transiger c’est, tout simplement, faire des concessions réciproques qui arrangent toutes les parties ».

Pour finir, il mentionne : «  Si le président Macky Sall a proposé à Karim de transiger, c’était pour lui éviter la prison. Quand j’ai rendu compte au président Wade le lendemain, il était d’accord pour que Karim transige. Une semaine après, Macky Sall a reçu une délégation du Pds pour déterminer les contours de l’éventuelle transaction. Au sortir de l’audience, elle devait aller rendre compte elle aussi à Me Wade et revenir avec des propositions. Eh bien, le président Macky Sall ne l’a plus jamais revue ! Pour cause, des gens ont dit à Wade que transiger serait un aveu de culpabilité de la part de son fils. A partir de ce moment, et en l’absence de transaction, le président de la République ne pouvait plus arrêter la machine judiciaire. Tout cela pour dire que ce n’est pas Macky Sall qui a jeté en prison Karim, ce sont plutôt les gens qui conseillaient Wade qui l’ont fait ! Car beaucoup de responsables de notre régime ont transigé pour ne pas aller en prison mais vous me permettrez de ne pas citer de noms (Ndlr, il éclate de rire !) ».