NETTALI.COM – La sentence est tombée.  Birahim Fall, maître-nageur  à Olympique Club a été condamné à 3 mois avec sursis. En sus, il doit payer 10 millions de francs CFA à la famille de la victime.

 En rendant sa sentence, le juge n’a pas suivi le parquet dans son réquisitoire. Le maître des céans a tendu la perche à Birahim Fall, maître-nageur à l’Olympique Club. Après l’avoir reconnu coupable d’homicide involontaire, il lui a infligé une peine de 3 mois avec sursis alors que le parquet avait requis contre lui 2 ans dont 3 mois ferme. Ainsi, il sortira de prison mais, il doit payer la somme de 10 millions de francs aux parents de la victime qui l’ont attrait devant le prétoire. Ces derniers réclamaient 100 millions de francs CFA.

En effet, le prévenu a été attrait à la barre suite au décès de la gamine Khadija, âgée de 6 ans, morte noyée dans la petite piscine (Bassin) réservée aux petits. Cette dernière s’était rendue sur les lieux en compagnie de ses cousines. Celles-ci, interrogées à titre de témoins, sont revenues sur les faits.

Il est ressorti de leurs explications que, ce jour-là, elles avaient laissé la petite au bassin réservé aux enfants avant d’aller se baigner à la piscine pour adultes. A les en croire, si elles ne sont pas restées pour surveiller la petite, c’est parce qu’on leur avait interdit de rester au bassin des enfants. Même si, avouent-elles, de temps en temps, elles se déplaçaient à tour de rôle pour voir si tout se passait bien avec la petite.

Interrogées sur la sécurité de l’endroit, les cousines de Khadija, informent que le bassin où se trouvait la petite n’était pas entouré de barrières, pour assurer la protection des enfants.

La version qu’elles ont servie a été battue en brèche par le prévenu. Il dit avoir été vigilant.  « A trois reprises, on a ramené la fillette au bassin pour enfants car elle s’était déplacée jusqu’au grand bassin, pour rejoindre ses cousines », s’est-il défendu tout en renseignant qu’en dehors des maîtres-nageurs, celles-ci avaient le devoir de surveiller la gamine.

En outre, Birahim Fall précise qu’il a toujours demandé à son responsable d’ériger des barrières au bassin, pour préserver la sécurité des enfants.