NETTALI.COM- Les télévisions doivent disposer d’un quitus de la Direction de la cinématographie avant la diffusion de films ou de séries. C’est un plaidoyer de l’ONG islamique Jamra et de ses partenaires du CDVM et de l’ONG Daral Qurane, reçus par ladite direction.  

 Les dérives audiovisuelles préoccupent l’ONG islamique Jamra et de ses partenaires du CDVM et de l’ONG Daral Qurane. A cet effet, ces organisations de défense des valeurs morales  ont rencontré le Directeur de la cinématographique. Selon un communiqué, c’était pour lui exprimer leurs préoccupations par rapport à ces dérives « récurrentes, à l’actif de certains producteurs de séries télévisées, dont certaines séquences heurtent régulièrement la sensibilité de l’opinion publique ».

Elles ont avec leur hôte, ont en effet, déploré « qu’une nouvelle génération de producteurs s’active depuis un certain temps à créer des séries qui ne cessent de défrayer la chronique en suscitant de vives indignations dans l’opinion, relativement à leur excessive tendance au libertinage attentatoire à nos bonnes mœurs ».

C’est pourquoi, poursuit le document, « les deux parties ont plaidé l’exigence, par les organes de diffusion, d’un quitus signé par la Direction de la cinématographie avant d’accepter toute diffusion de films ou de séries sur leurs chaînes de télévision, ou en public, conformément à l’arrêté 004003/MC/DCI portant composition et mode de fonctionnement de la « Commission nationale de contrôle et de classification de films cinématographiques » ».

Dans la même veine, Mame Makhtar Guèye et Cie ainsi que la direction ont convenu de tenir des rencontres régulières. Ce, informe le communiqué, « en vue d’échanger toujours davantage sur les problématiques du secteur, afin de solutionner en amont les malentendus qui ne peuvent manquer de surgir entre les acteurs de l’industrie cinématographique et audiovisuelle et ceux de la grande famille consumériste sénégalaise ».