NETTALI.COM – Mamadou Lamine Diallo a consacré une tribune à la polémique liée à l’élection du président de la Fédération sénégalaise de football. Il trouve que la crise que traverse le sport-roi, au Sénégal, est à l’image de la gestion de Macky Sall.

Le “Questekki” n° 262, signé de Mamadou Lamine Diallo, président du mouvement Tekki, met le curseur sur la gestion du football sénégalais. Cela, dans un contexte marqué par une vive polémique liée au quatrième mandat que brigue le président sortant de la Fsf, Augustin Senghor en direction de l’assemblée générale élective du 7 août prochain.

Selon le député, le Sénégal a toutes les cartes en main pour réaliser de biens meilleures performances sportives (Gagner la CAN, atteindre les demi-finales d’une coupe du monde etc…)

Il relève que dans ce consensus “forcé” il y a déjà eu : ” un mort de trop à Pikine, Samba Sarr”, en l’occurrence.

Le parlementaire trouve qu’à l’image de la configuration politique sénégalaise, les dirigeants sportifs en place s’enlisent de jour en jour aveuglés par le pouvoir et les privilèges…

” On l’oublie trop souvent, les découvertes de gisements de gaz panthère et lion, en Côte d’Ivoire à la fin  des années 90, ont joué un rôle important dans l’évolution politique qui a abouti à la guerre civile entre les protagonistes politiques, Ouattara, Gbagbo et  Bédié. Ce n’est donc pas une vue de l’esprit, lorsqu’on écrit que le Sénégal peut prendre cette direction, compte tenu de l’affaiblissement systématique des institutions que mène le régime de Macky Sall : Assemblée nationale, Conseil constitutionnel, mairies, justice, Opposition politique, et football aujourd’hui, loisir préféré d’une jeunesse sans emploi”, compare Diallo ; non sans préciser : “Le Sénégal a les joueurs qu’il faut et l’entraineur pour gagner la coupe d’Afrique et aller en demi-finale de la coupe du monde. Il lui manque une fédération efficace et patriote.”

Ainsi, déduit le député : “L’Auguste Senghor suit les traces du Président Macky Sall : wax waxett et consensus forcé pour son quatrième mandat. Il avait promis publiquement qu’il ne ferait pas de quatrième mandat. Le voilà, après un deal à la CAF, dans du forcing pour s’imposer indéfiniment à la tête du football sénégalais soutenu par la galaxie corrompue de l’APR, avec en ligne de mire les retombées des rentes pétrolière et gazière attendues dans les prochaines années. Celle-ci s’est permise de s’attaquer à Sadio Mané qui a fait une observation sur la pelouse de Thiès. La confiance entre joueurs et fédération sera rompue.”

“Comme on voit, la méthode Macky Sall fait tache d’huile : réduire les opposants à leur plus simple expression et s’imposer par la force indéfiniment à la tête des institutions. Déjà, un mort de trop à Pikine, Samba Sarr”, conclut-il, son propos.