NETTALI.COM – Comme une impression de tir coordonné. Bill Gates, fondateur du groupe Microsoft, et l’un des hommes les plus riches de la planète, fait l’objet de révélations embarrassantes dans trois grands médias américains depuis dimanche soir.

En à peine trois heures, le Wall Street Journal (WSJ) a affirmé que Gates avait quitté le conseil d’administration du géant de l’informatique en 2020 à cause d’une enquête menée sur son comportement vis-à-vis d’une employée. Puis le New York Times a assuré que Gates, séducteur sans être prédateur, avait notamment suscité le ressentiment de sa femme Melinda en n’agissant pas contre le gestionnaire de sa fortune, Michael Larson, accusé de harcèlement sexuel en 2017. De son côté, Daily Beast a affirmé que les liens entre Bill Gates et Jeffrey Epstein étaient bien plus étroits qu’annoncés.

Retour en arrière: il y a quinze jours, Bill et Melinda Gates, l’un des couples les plus riches au monde avec une fortune estimée à 130 milliards de dollars, ont annoncé qu’ils divorçaient après 27 ans de mariage. Le dossier semblait bouclé et leur immense fortune déjà partagée, notamment grâce à des dons colossaux à leur Fondation – qu’ils continuent de coprésider -, et à un transfert d’actions de Bill à Melinda, à hauteur de presque 2 milliards de dollars.

Relation « jugée inappropriée »

Le WSJ avait déjà affirmé la semaine dernière que Melinda Gates, qui se fait désormais appeler Melinda French Gates, jugeant son mariage « irrémédiablement rompu », travaillait à cette séparation avec des avocats depuis 2019. Quand en 2019 ? Selon les nouvelles révélations du journal économique, au cours du second semestre de 2019, tandis que se poursuit l’onde de choc du phénomène #MeToo, une ingénieure de l’entreprise a adressé une lettre dans laquelle elle expliquait avoir eu une relation extraconjugale avec Bill Gates, au début des années 2000 et pendant une assez longue période. Elle tenait absolument à ce que l’épouse de son ancien amant lise sa lettre. Pour y découvrir quoi ? Fin 2019, le conseil d’administration avait lancé une enquête indépendante, avec l’aide de juristes indépendants, sur cette relation « jugée inappropriée ». « Au cours de l’enquête, certains membres du conseil d’administration ont décidé qu’il n’était plus approprié pour M. Gates de siéger en tant que directeur de la société de logiciels qu’il a créée et dirigée pendant des décennies », écrit le WSJ.

Gates a quitté son siège d’administrateur le 13 mars 2020, trois mois après avoir été réélu. Il l’aurait fait avant la conclusion de l’enquête mais surtout avant la tenue d’une assemblée plénière du conseil d’administration, au cours de laquelle il aurait été impossible de garder l’affaire secrète.

« Il y a eu une liaison il y a près de 20 ans qui s’est terminée à l’amiable », a défendu dimanche Bridgitt Arnold, porte-parole de M. Gates, reconnaissant pour la première fois une relation extraconjugale à son patron. « Sa décision de quitter le conseil d’administration n’était en aucun cas liée à cette question », a-t-elle affirmé. Celui-ci a quitté Microsoft pour pouvoir s’investir à temps plein dans la Bill and Melinda Gates Foundation, a-t-elle souligné, comme cela avait alors été précisé.

Connu pour ses approches maladroites envers les femmes

Dans un article intitulé « Bien avant le divorce, Bill Gates était réputé pour son comportement douteux », le New York Times raconte, lui, qu’« à quelques occasions, M. Gates a poursuivi des femmes qui travaillaient pour lui chez Microsoft et à la Fondation Bill et Melinda Gates, selon des personnes ayant une connaissance directe de ces affaires ».

Lorsque Bill et Melinda Gates se sont rencontrés, en 1987, elle était chef de produit chez Microsoft, lui en était le patron. S’ils ont raconté les débuts très romanesques de leur histoire d’amour, ils n’ont jamais dit quand, précisément, ils avaient commencé à se fréquenter. « Lorsque nous nous sommes rencontrés pour la première fois, elle avait d’autres petits amis, et j’avais Microsoft », racontait-il en 2019 dans un docusérie de Netflix intitulé « Inside Bill’s Brain : Decoding Bill Gates ». Le couple se marie en 1994. « Longtemps après leur mariage en 1994, M. Gates poursuivait à l’occasion des femmes au bureau », écrit le New York Times. Et de raconter comment, en 2006, après une réunion de présentation d’une employée, Gates, alors président de Microsoft, avait « envoyé un e-mail à la femme pour l’inviter à dîner, selon deux personnes proches de l’échange ». « Si cela vous met mal à l’aise, faites comme si cet échange ne s’était jamais produit », aurait-il aussi écrit.

« M. Gates était connu pour ses approches maladroites envers les femmes dans et hors du bureau », écrit encore le quotidien, qui affirme que si le bavardage autour de son comportement était fréquent, il n’était pas considéré comme un prédateur. « Certains employés ont dit […] qu’il n’avait pas fait pression sur les femmes pour qu’elles se soumettent à ses avances pour le bien de leur carrière, et ils semblaient avoir l’impression qu’il donnait aux femmes l’espace pour refuser ses avances ».

L’ombre de Jeffrey Epstein

« Les rumeurs et les spéculations entourant le divorce de Gates deviennent de plus en plus absurdes, et il est regrettable que des personnes qui ont peu ou pas de connaissance de la situation soient qualifiées de ’sources’ », s’est agacée Bridgitt Arnold auprès du New York Times. Elle a également démenti d’autres affirmations du journal, qui semblent corroborer le troisième article, celui du Daily Beast : des liens entre Gates et Epstein bien plus proches que cela n’avait été reconnu par le passé.

Il était connu depuis quelque temps que les deux hommes se connaissaient mais le site d’information américain a révélé que le philanthrope avait partagé des « dizaines » de rendez-vous avec Jeffrey Epstein dans son iconoclaste maison de Manhattan. Le millionnaire pédophile qui s’est suicidé en août 2019 en prison, un mois après son arrestation, aurait donné à Gates, au cours de nombreuses entrevues dans sa maison de Manhattan, des conseils pour sortir de son « mariage toxique » avec Melinda. Tandis que Gates aurait proposé à Epstein de s’impliquer dans sa fondation pour redorer son image, écornée après sa condamnation pour avoir sollicité moyennant finance les faveurs sexuelles d’une mineure, une affaire négociée avec la justice pour cacher son comportement de prédateur, et dont le parfum de scandale avait obligé un ministre de Donald Trump à démissionner.

Le Parisien