NETTALI.COM –La situation des universités sénégalaises préoccupe le SUDES/ESR qui menace de perturber les enseignements.

Le Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal / Enseignement Supérieur et Recherche (SUDES/ESR) est déterminé. Il menace de paralyser le système si dans les semaines à venir, le gouvernement et le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ne manifestent aucune volonté sincère de changer radicalement la situation actuelle de l’université sénégalaise. Les syndicalistes comptent observer un mouvement dans toutes les universités du pays afin que l’Etat puisse revenir à la raison.

Ils ont déjà déposé, sur la table du gouvernement, un préavis de grève, couvrant la période du 20 avril 2021 au 31 décembre 2021. « L’université sénégalaise se débat naturellement aujourd’hui dans des difficultés qui menacent gravement son existence” du fait du “désengagement et (de) l’immobilisme du gouvernement, qui n’arrive toujours pas à matérialiser sa propre planification issue de la Concertation nationale sur l’Avenir de l’Enseignement supérieur (CNAES) et du Conseil présidentiel sur l’Avenir de l’Enseignement supérieur de 2013 », ont expliqué les syndicalistes.

Lesquels dénoncent “le désintérêt de plus en plus grand et inquiétant” du gouvernement du Sénégal pour le sous-secteur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Ils fustigent aussi la non satisfaction des points essentiels de revendications constants dans toutes les plateformes revendicatives du SUDES depuis au moins 2013. « Dans sa déclaration de rentrée de décembre 2020, notre syndicat avait fait le constat sombre d’une année universitaire 2020/2021 s’annonçant sous de très mauvais auspices suite à celle catastrophique de 2019/2020 soldée par une année blanche à l’Université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ)”, rembobinent, par ailleurs, les enseignants, mettant en garde déjà sur une “situation extrêmement dangereuse », ont indiqué les enseignants.

Ils pensent qu’il urge de livrer les chantiers des universités Amadou Makhtar Mbow de Diamniadio, Sine Saloum El Hadji Ibrahima Niasse, Iba Der Thiam de Thiès, du Sénégal oriental, des centres délocalisés des universités Assane Seck et Gaston Berger à Sédhiou, Kolda, Guéoul, Matam et des ISEP dans toutes les régions du Sénégal.