NETTALI.COM – L’affaire du recel de riz dans laquelle sont cités le promoteur de lutte, Aziz Ndiaye ainsi que son père Baye Alé et son frère Massata a été plaidée à la barre de la Cour d’appel de Dakar, ce mardi 20 avril 2021. Le parquet général a requis la relaxe de Massata Ndiaye.

Aziz Ndiaye et son frère Massata ainsi que leur père Baye Alé devaient être jugés ce mardi 20 avril 2021, par la Cour d’appel de Dakar, dans l’affaire du recel de riz. Mais seul Massata, son père et la partie civile ont comparu.

Le frère d’Aziz Ndiaye, condamné en première instance à six mois assortis du sursis et au paiement de 60 millions de francs Cfa à la partie civile, a persisté dans ses dénégations. Il a soutenu qu’il a acheté le riz auprès de Abdou Konté à un prix raisonnable. Il dit avoir acheté la tonne à 200.000 francs Cfa et l’a revendu à 210.000 francs à  Diaobé.

Convaincus par les explications de Massata Ndiaye, le parquet général et le conseil du prévenu ont demandé l’infirmation du premier jugement. Les avocats de la partie civile ont plaidé la confirmation.

Dans cette affaire, Aziz Ndiaye et son père avaient été relaxés des délits d’association de malfaiteurs et de complicité de recel, en plus de celui de mise en vente d’une denrée impropre à la consommation pour le papa.

Par contre, Massata Ndiaye avait été reconnu coupable et condamné à 6 mois avec sursis. Il doit également allouer la somme de 60 millions à la partie civile qui réclamait 100 millions de dommages et intérêts. Ainsi, Me Moustapha Dieng a fait appel de même que le parquet.

Pour mémoire, dans cette affaire, Abdou Konté avait été mandaté pour convoyer au Mali une cargaison de 124 tonnes de riz, soit une valeur de 100 millions de francs Cfa, pour le compte de Mamadou Kébé, agent commercial à Bambi Solution. La marchandise destinée au Mali s’était retrouvée dans les locaux de la société du promoteur de lutte Aziz business company (Abc) qui s’active dans le commerce, le transport, l’import-export et l’événementiel. C’est la raison pour laquelle le juge avait inculpé Aziz Ndiaye, son frère et son père. Mais seul Massata avait été placé sous mandat.