NETTALI.COM- La cérémonie de levée du Corps du juge Samba Sall, décédé, ce jeudi, des suites d’une maladie, prévu à l’hôpital principal de Dakar n’a pas eu lieu. Compte tenu de la situation de pandémie, une cérémonie sobre a eu lieu avant que le corps du magistrat ne soit acheminé à  Sokone où il doit être inhumé.

La cérémonie funèbre s’est déroulée dans la plus grande sobriété ce vendredi matin. Seuls quelques membres de la famille ont été admis à l’intérieur de l’hôpital Principal même si certains étaient venus lui rendre un dernier hommage. Ayant eu à travailler avec le défunt, le magistrat Mamadou Seck Diouf retient du défunt un professionnel, un juge d’instruction qui était à cheval sur les principes qui régulent sa profession.

« On ne pouvait rien lui reprocher. Il est professionnel jusqu’au bout. Malgré tout ce qu’on disait sur lui, il n’a jamais flanché. Il a toujours appliqué ce que les textes lui dictent », a témoigné M. Diouf qui le dépeint comme un homme affable et très disponible, mais qui n’hésitait pas lorsqu’il s’agissait de dire le droit.

L’avocat et défenseur des droits humains abonde dans le même sens. Selon Me Assane Dioma Ndiaye, c’est une grande perte pour le monde de la justice. « C’est quelqu’un de professionnel jusqu’au bout des ongles. Il ne rechignait pas. Quand on lui confiait un dossier, il faisait tout pour que l’affaire soit traitée de la manière la plus exhaustive possible. Quelle que soit la décision qu’il prenait, on sentait qu’il disait toujours le droit », a témoigné Me Assane Dioma Ndiaye qui rassure que le décès du juge Samba Sall ne va pas faire arrêter l’affaire opposant Ousmane Sonko à Adji Sarr. Un autre juge, dit-il, héritera ce dossier.