NETTALI.COM – Le Cadre d’association pays(CAP) de coopération entre le Sénégal et l’Espagne, sur la période 2019-2023, prévoit près de 84milliards de francs CFA contre 33milliards sur la séquence 2014-2017. L’annonce a été faite, hier, à travers un communiqué du Bureau d’information gouvernementale publié dans le cadre de la visite officielle du Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, à Dakar.

 

Le président de la République, Macky Sall, a reçu, hier au palais, le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, qui a entamé une visite officielle à Dakar ce jeudi. D’après un communiqué du Bureau d’information gouvernementale, plusieurs sujets ont été abordés au titre de la coopération bilatérale, au cours de cette visite qui intervient dans un contexte de relance économique avec la mise en œuvre du Plan d’actions prioritaire ajusté et accéléré (Pap2A). “En effet, le Cadre d’association pays (CAP) de coopération entre le Sénégal et l’Espagne, sur la période 2019-2023, prévoit près de 84 milliards de francs CFA, contre 33 milliards sur la séquence 2014-2017. Pour la période 2019-2023, l’Espagne a prévu d’augmenter significativement sa contribution au Sénégal, en atteignant 128 millions d’euros, environ 84 milliards de francs CFA. Cela représente une augmentation de 125 % par rapport à la période antérieure. Il est prévu de maintenir la contribution en dons autour de60 millions d’euros, soit 39 milliards de francs CFA’’, informe le document.

Cette augmentation conséquente de l’appui au développement “reflète bien’’, d’après la même source, le dynamisme et la diversité de la coopération entre les deux pays. Elle s’explique également par l’intérêt de l’Espagne d’apporter son soutien au Sénégal dans la mise en œuvre de la deuxième phase du Plan Sénégal émergent. “Les domaines prioritaires du Cadre d’association pays entre le Sénégal et l’Espagne portent sur des domaines variés comme : l’appui au développement productif agricole, l’appui au processus de décentralisation et l’appui au renforcement de la résilience des populations les plus vulnérables, à travers la sécurité alimentaire, la santé, l’eau potable et l’assainissement’’, renseigne le communiqué.

Près de 277 milliards de francs CFA de contribution, entre 2001 et 2019

Sur la séquence 2019-2023, l’appui est également possible, selon le BIG, dans des lignes de travail comme la gestion des déchets solides et les énergies renouvelables. “L’évolution de la contribution au développement de l’Espagne destinée au Sénégal, entre 2001 et 2019, a atteint près de 277 milliards francs CFA, soit 422 millions d’euros. Le Sénégal se positionne ainsi comme l’un des sept pays prioritaires pour la coopération espagnole en Afrique subsaharienne. Au cours de la première phase du Plan Sénégal émergent, une enveloppe de 50 millions d’euros, soit prêt de 33 milliards de francs CFA, a été mobilisée. Pourtant, entre 2014 et 2017, l’accord de la 2e commission mixte en matière de coopération, signé le 2 décembre 2013 entre Dakar et Madrid, était établi à 50 millions d’euros, soit 32,7 milliards de francs CFA’’, rapporte notre source.

Il faut noter qu’au titre des réalisations dans le cadre de la coopération entre le Sénégal et le royaume d’Espagne, plusieurs actions ont principalement concerné les populations du sud et du nord du Sénégal. Dans la région naturelle de la Casamance, il convient de signaler une évolution significative des recettes fiscales dans les communes de Bounkiling et de Tanaff. De ce fait, 14 communes ont augmenté leurs recettes dans la région de Kolda. Concernant le fonctionnement et la qualité de services proposés dans les collectivités locales de la région de Sédhiou, la coopération espagnole a contribué à la modernisation de 14 bureaux d’état civil.

A Sédhiou, le communiqué souligne que la coopération espagnole a aussi permis aux femmes de moderniser l’agriculture familiale, avec l’introduction de techniques d’irrigation durables à travers le système de goutte-à-goutte et l’incorporation de panneaux solaires. Cette approche a permis l’amélioration de la sécurité alimentaire avec la diversification de la production et de l’obtention de revenus tout au long de l’année. “Dans les régions de Saint-Louis et de Matam, l’accompagnement de la Cellule de lutte contre la malnutrition a débouché sur l’élaboration d’une stratégie nationale de communication sur l’alimentation des enfants. Grâce aux interventions menées, 21 117 enfants ont été dépistés, soit 11,37 % du total d’enfants de 6 à 59 mois à Podor et dans la région de Matam’’, poursuit la même source.

Lutte contre la traite des êtres humains

Par ailleurs, le Sénégal et l’Espagne entretiennent des relations fortes dans le domaine de la sécurité, de la lutte contre la traite des êtres humains, de la lutte contre le terrorisme, le crime organisé et le trafic de drogue. C’est à ce titre que des formations sont adressées aux unités sénégalaises chargées de lutter contre la traite des êtres humains et des fraudes documentaires. En complément des actions bilatérales, il est relevé, dans le communiqué, que l’Espagne participe activement à plusieurs programmes et projets multilatéraux parrainés par l’Union européenne, tels que Blue-Sahel et Gar-SI Sahel (Groupe d’action rapide de surveillance et d’intervention au Sahel) qui incluent plusieurs pays de la région ainsi que le Sénégal.

“C’est le cas du programme Sénégal-Sécurité (Sensec-UE) consacré au contrôle et à la surveillance des frontières, qui vise à améliorer l’efficacité, l’efficience et la responsabilité des services de sécurité d’intérieure du Sénégal dans la lutte contre de nouvelles formes de menace. Concernant, la contribution de la diaspora, d’après le profil national de la migration dressé par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANDS) la communauté sénégalaise d’Espagne, avec plus de 166 milliards de francs CFA, figure à la 3e place, derrière celles de la France (Plus de 356 milliards de francs CFA en 2017) et de l’Italie (plus de 234 milliards de francs CFA)’’, conclut la note d’information du Big.

(Avec Enquête)