NETTALI.COM – Malgré l’engagement du gouvernement, le Train express régional n’est pas encore exploité six mois après son inauguration dans un contexte politique chargé. C’était la veille de la présidentielle de 2019.

Réceptionné officiellement le 14 janvier 2019, le Train express régional n’est pas encore sur les rails, six mois après le voyage inaugural Dakar-Diamniadio qui fut effectué en grande pompe. C’était en présence de plusieurs autorités de l’Etat du Sénégal, notamment le président de la République, de quelques ambassadeurs accrédités à Dakar et d’autres partenaires techniques et financiers de l’Etat du Sénégal (BAD, BID, AFD).

Pourtant, l’alors ministre délégué chargé du Développement du réseau ferroviaire, Abdou Ndéné Sall, avait, à l’époque annoncé l’exploitation du train à partir de ce 14 juin au plus tard.

« Normalement, dans six mois au plus tard, on pourra commencer l’exploitation. On peut terminer plus rapidement, tout dépend de la collaboration de la population. Si tout le monde collabore, on va peut-être terminer dans trois mois, il faut simplement que les gens changent leurs habitudes, qu’ils sachent que le TER c’est de l’électricité, qu’on peut facilement être électrocuté, il y a tout un travail de communication à faire. Nous avons commencé avec les rappeurs qui font de la sensibilisation, nous allons faire des contrats avec toutes les radios pour une large sensibilisation afin que ce projet soit une réussite totale. Parce que ce qui est important c’est le service que nous assurons à la population, nous voulons leur assurer un service sécuritaire, capacitaire et fiable », déclarait-t-il dans entretien accordé à nos confrères de emedia.sn le 10 janvier dernier.

Ce retard remet au goût du jour la polémique sur le coût de ce premier tronçon du TER. Selon des chiffres fournis par la Primature, il a coûté 656 milliards de F Cfa. Cependant, une certaine opposition bat en brèche ces chiffres et parle de plus de 1000 milliards de F CFa.

Pour rappel, le TER a été financé avec l’appui de trois partenaires majeures : La Banque africaine de développement (BAD) , la Banque islamique de développement (BID) et l’Agence française de développement (Afd). Il est réalisé par les entreprises françaises Alstom, Engie et Thalès.