NETTALI.COM – Massiré Touré, père adoptif du capitaine Oumar Touré, s’est confié à “EnQuête’’, sur la démission de son fils. Il se désole de la situation et soutient mordicus qu’il a été atteint mystiquement.

“Il est mon fils adoptif. Depuis qu’il a 2 ans, il est sous ma tutelle. Son papa me l’avait confié. C’est moi qui l’ai éduqué et fait entrer à l’école où il n’a jamais redoublé, du CI jusqu’à la Maitrise. Il est un homme intelligent. Aujourd’hui, s’il se comporte ainsi, c’est une grosse perte pour nous de sa famille. Car si on est issu d’une bonne lignée, on est bien éduqué, il y a des choses qu’on ne doit pas dire. Moi, je pense qu’il est atteint mystiquement’’, déclare le père adoptif du capitaine Oumar Touré, joint par “EnQuête’’ depuis Kolda où il se trouve. Massiré Touré déclare qu’il le cherche, depuis une semaine. Il veut mettre la main sur lui, pour le soigner.

“Mon humble avis est qu’il est atteint mystiquement, car je pense qu’il faut être malade pour agir de la sorte. Si je ne l’avais pas entendu, ce matin ou l’autre jour via sa vidéo postée dans les réseaux sociaux, j’allais nier que c’est mon fils qui parle ainsi. Si on m’avait rapporté lesdits propos, j’allais les contester. Nous voulons mettre la main sur notre fils pour le soigner, avant qu’il ne soit trop tard’’, poursuit le vieil homme.

Massiré Touré dépeint, toutefois, le capitaine Touré comme un homme sérieux. Une personne qui n’est pas bavarde et qui respecte sa famille. Il dit qu’il a toujours suivi ses conseils. Qu’il se confiait à lui en tout. “C’est la première fois qu’il prend une décision sans m’en parler auparavant. Si je l’avais su ou s’il m’en avait parlé, j’allais le dissuader. On s’est parlé, il y a de cela trois jours, mais notre échange n’a pas duré plus de trois minutes, contrairement aux autres fois. Je lui ai fait savoir que ce qu’il est en train de faire est très grave. Il m’a répondu qu’il n’a rien fait. Je lui ai donné l’injonction de mettre fin à ses sorties. Qu’il doit éviter certaines choses. Je l’ai sermonné, en l’invitant de tout laisser, de se ressaisir. Je lui ai dit qu’il a le droit de démissionner tranquillement de la gendarmerie, mais sans impliquer qui que ce soit. Qu’il n’a pas les prérogatives de demander le limogeage de membres du gouvernement, de personnes qui travaillent dans le secteur de la justice’’, renchérit-il.

Le père adoptif d’ajouter : “Je lui ai fait comprendre qu’il est un homme de tenue qui travaille à la Section de recherches. Qu’il est tenu à une certaine confidentialité, pour ne pas dire de garder les secrets de ses enquêtes et/ou de l’État. Qu’il n’a pas le droit d’être affilié à une quelconque obédience politique. D’ailleurs, je vous confie dans ce sens, qu’il n’a jamais voté, encore moins entendu parler de politique, depuis son enfance.’’

“On est inquiet…’’

Aujourd’hui, le souci premier de la famille Touré, est de mettre la main sur son fils. “Si nous savions où il se cache, on allait partir le chercher. Nous demandons pardon à la population sénégalaise, au président de la République et son gouvernement et aux magistrats, juges et à la gendarmerie, car il a dit des choses qu’il ne devrait pas dire. Nous faisons notre mea culpa, car une enquête doit être gardée secrète. Maintenant, pour la suite, nous demandons aux juges qui s’en chargent de la continuer jusqu’au bout pour savoir où se trouve la vérité’’, lance Massiré Touré. Depuis le début de cette affaire, renseigne-t-il, la tristesse et les larmes animent leur quotidien. “On est inquiet. Son père biologique vit à Tambacounda. C’est un ancien militaire à la retraite. Il est tombé malade, depuis qu’il a été mis au courant de cette affaire. Il m’a dit d’aller chercher son fils pour qu’on aille le soigner, bien qu’il soit alité. Mais puisqu’il sait qu’on le cherche, il se cache. Nous demandons à tous ceux qui ont parlé avec lui de nous aider à le retrouver. Nous demandons aussi à ses supérieurs hiérarchiques de lui pardonner, car il a beaucoup déballé dans cette affaire. Alors qu’en tant que militaire, il était dans l’obligation de se taire. Il n’a jamais été ainsi’’, conclut un Massiré Touré affecté, au bout du fil.

(Avec Enquête)