NETTALI.COM – Le capitaine Oumar Touré va-t-il être arrêté s’il ne retourne pas à son service, à la Section de recherches de la gendarmerie ? Il peut être considéré en position d’abandon de poste, puisque sa lettre de démission n’a pas encore été déposée. En outre, il a étalé sur la place publique des éléments de l’enquête.

“Ayant déserté son bureau depuis plusieurs jours, le capitaine Oumar Touré n’a toujours pas déposé sa lettre de démission sur la table du boss de la Section de recherches, le chef d’escadron Abdou Mbengue”, nous apprend la livraison du jour de Enquête

Selon le journal, en cas de réception, il va la remettre au général de corps d’armée Jean-Baptiste Tine, le haut-commandant de la gendarmerie nationale, Directeur de la Justice militaire (Haucomgen).

En clair, pour pouvoir démissionner des rangs de la gendarmerie, il faut au moins faire dix ans de service. Ce qui n’est pas le cas pour le capitaine Touré qui est adjoint d’officier de police judiciaire (OPJ) à la Section de recherches de la gendarmerie de Colobane.

Les interlocuteurs du quotidien Enquête disent ne pas connaître les raisons profondes des velléités de démission de l’officier, publiquement déclarées. Mais ils pensent savoir que la pression qu’il subit au quotidien pourrait être un motif. “Il n’a pas encore remis sa lettre de démission, depuis lors. Donc, l’on peut dire que tous les actes qu’il est en train de poser sont contraires à son statut de militaire. Il est toujours considéré comme un gendarme, pour ne pas dire élément de la Section de recherches. Il est considéré comme un absent. Maintenant, au cas où il dépose sa démission, ce sera à l’autorité de décider de la suite à prendre’’, souligne une source de Enquête. Pour qui les arguments avancés par le capitaine Touré, concernant une insécurité sur sa personne, ne tiennent pas la route, car avec sa famille, il loge dans le camp de la gendarmerie.

Un endroit qui est hyper sécurisé, confie-t-on. “En ce moment, on considère qu’il est en position irrégulière, dans le jargon militaire. Devant les statuts de la gendarmerie, il est considéré comme un absent, au moment où je vous parle. Mais au bout de 6 jours, s’il ne rejoint pas les rangs, il sera recherché et arrêté manu militari et acheminé dans les locaux de la gendarmerie, là où il était, par des éléments de la grande maréchaussée. Par la suite, une procédure sera déclenchée contre lui.

Mais tant qu’il n’a pas encore fait 6 jours, on ne peut pas l’interpeller. Mais au bout de ces jours, il le sera. En ce moment, il est considéré comme un absent’’, renseignent plusieurs sources.

Ainsi, dans les rangs, beaucoup pensent qu’il ne supporte pas la forte pression liée à la charge d’officier de la Section de recherches.

Dans les colonnes d’un autre quotidien dakarois, Tribune en l’occurrence, on lit des propos prêtés au capitaine Touré, ébruitant des éléments de l’enquête, alors qu’il est lié par le devoir de réserve. Comme quand il dit : “Au cours de l’audition, elle m’a dit +Tonton+ “.