NETTALI. COM- Le Conseil de l’ordre des avocats du Sénégal s’est prononcé, ce dimanche, sur l’affaire opposant Ousmane Sonko à Adji Sarr. Et c’est pour dénoncer les violentes manifestations et mettre en garde.

Les agressions contre les personnes, les pertes en vies humaines, les atteintes et restrictions aux libertés, les actes de vandalisme, les pillages et les incendies volontaires commis sur des biens publics et privés, les attaques et saccages d’édifices publics sont déplorés par le Conseil de l’Ordre des  avocats. Qui dénonce, tout aussi énergiquement, le fait que des avocats, dans l’exercice de leurs fonctions et revêtus de leur costume professionnel, aient été empêchés d’accéder au bureau d’un juge, par les forces de l’ordre.

Selon le Conseil, de tels faits et actes qui violent les droits de la défense, et les règles du procès équitable, tout comme les exigences de l’Etat de droit, ne sa raient être acceptés. « Cette situation ne peut perdurer sans, à la fois, menacer gravement, les fondements de notre République et provoquer des préjudices irréparables sur notre tissu économique et social », a expliqué le Conseil de l’ordre des avocats, appelant le peuple sénégalais à la retenue, au calme et au respect des institutions républicaines, en particulier de la justice qui est actuellement saisie de cette affaire. Le Conseil de l’Ordre réaffirme son soutien aux avocats et aux magistrats agressés et menacés et se tient à leurs côtés pour initier toutes les actions utiles.

Les avocats mettent également en garde contre les attaques répétées contre le Barreau et ses membres et enjoignent à tous les avocats, de quelque bord qu’ils se trouvent, de suspendre leur participation aux affaires en cours. Ce, en cas de réitération des menaces et exactions contre la profession.