NETTALI.COM – La gendarmerie peut reprendre l’enquête, après délégation judiciaire du juge d’instruction, dans l’affaire Sonko / Adji Sarr. C’est l’avis de Major Kandji. 

Le Major Aliou Kandji, qui fut enquêteur à la Section de recherches, a tracé des hypothèses concernant le sort du leader de Pastef, dans un entretien avec ITV, ce mercredi

Selon l’interviewé, le juge d’instruction peut conférer une délégation judiciaire pour demander aux gendarmes  de reprendre l’enquête concernant l’affaire Ousmane Sonko / Adji Sarr. Car, pense-t-il, le premier procès-verbal ne vaut qu’à titre de renseignement.

Selon le gendarme à la retraite, il faut recentrer le débat sur le postulat de départ , à savoir le « viol. « J’ai entendu les gens dire que le PV est sorti, c’est fini. Or, c’est loin d’être fini. Les gens veulent à tout prix occulter le procès pour viol. Dès le premier jour Ousmane Sonko aurait pu plier l’affaire. Il ne fallait pas faire appel à l’insurrection, les gens ne pouvaient nullement l’arrêter car le flagrant délit ne pouvait pas être établi dès la première audition », pense-t-il.

Il prend la démarche de Sonko pour une « stratégie ». « Or cette stratégie peut marcher, comme elle peut ne peut pas ne pas marcher », déduit l’ancien gendarme. Ce dernier pense que le patron de Pastef aurait pu, depuis longtemps, déposé une plainte pour dénonciation calomnieuse et complicité de dénonciation calomnieuse.