NETTALI.COM – Rebondissement dans l’affaire Ousmane Sonko. Le député accusé de viol voit une nouvelle charge planer sur sa tête. Il lui est reproché le délit d’appel à l’insurrection.

Le procureur de la République alourdit le dossier Ousmane Sonko, accusé de viol et menaces de mort par une masseuse d’un institut de beauté. Alors que la machine est mise en branle pour la levée de l’immunité du député, aux fins de le convoquer pour une audition, il lui est reproché le délit d’appel à l’insurrection, si l’on en croit la livraison de ce lundi 15 février du quotidien L’Observateur. Cela, suite à ses propos tenus lors de son face-à-face avec la presse, dimanche 7 février dernier.

A en croire le journal, comme dans le dossier du viol présumé, le procureur de la République a visé X. La procédure est ouverte depuis le placement sous mandat de dépôt de bon nombre de ses partisans, vendredi dernier, par le juge du 8me cabinet d’instruction.

Pour mémoire, des affrontements entre policiers et militants de M. Sonko ont eu lieu dans plusieurs villes du pays, entre lundi et mardi, la semaine dernière, après que le parlementaire a appelé ses partisans à protester contre ce qu’il considère comme une initiative de ses adversaires politiques cherchant à nuire à sa réputation et à abréger sa carrière politique.

Les faits dont il est accusé se seraient déroulés dans un “salon de massage” situé à Dakar. Adji Sarr, une employée dudit salon, a déposé auprès de la section judiciaire de la Gendarmerie une plainte contre le parlementaire et leader des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef).