NETTALI.COM – Les syndicalistes du secteur de la santé subissent les contrecoups néfastes de l’explosion des cas de coronavirus et déterrent leurs vielles revendications, non sans afficher leur volonté d’accompagner le gouvernement à surmonter cette crise sanitaire.

L’explosion des cas de coronavirus et son bilan macabre suscitent l’ire de l’Alliance des syndicats autonomes de la santé (Asas) Sutsas-SUDTM-Sat-Santé/D-CNTS/ Santé And Gueusseum. Celle-ci exhume les revendications des professionnels du secteur, non sans préciser, dans un communiqué, qu’elle souhaite l’apaisement du climat social, dans un souci permanent d’accompagner les pouvoirs publics dans cette guerre contre la Covid-19, dans l’objectivité et la responsabilité.

Ainsi, les syndicalistes soutiennent ne pas vouloir en rajouter au désarroi de la population par des plans d’action. A cet égard, ils invitent le ministre de la Santé et de l’Action sociale à une gestion équitable des ressources humaines dans la paix et la sérénité qu’exige le moment. Cependant, relèvent-ils, la gestion des ressources humaines risque de plomber l’abnégation des travailleurs, au grand dam des populations déjà très éprouvées.

L’Alliance des syndicats autonomes de la santé (Asas) Sutsas-SUDTM-Sat-Santé/D-CNTS/ Santé And Gueusseum liste le dépassement des capacités litières en réanimation, les déficits de personnels spécialisés, de matériels de protection ainsi que de l’iniquité dans la motivation financière. “S’agissant des contractuels du PNDSS (ex-Cobra, Jica, Gavi) particulièrement, leur enrôlement intégral dans la Fonction publique est plus qu’exigé, d’autant que certains, moins anciens au siège du Msas, ont été récemment “casés’’ dans la Fonction publique, frustrant ainsi leurs devanciers plus méritants, parmi lesquels les chauffeurs et les cadres administratifs’’, regrettent les syndicalistes. Ils indiquent, en outre, que face à la deuxième vague, les travailleurs des collectivités territoriales attendent impatiemment leur prime Covid-19 et les agents de santé communautaire la révision de la clé de répartition des fonds des comités de développement sanitaire et leur motivation dont ils ont droit, parce que plus exposés que tous les autres techniciens qui en profitent.

Les signataires du communiqué semblent trouver inopportun le changement opéré à la tête de la Direction d’établissement public de santé, à l’heure, disent-ils, de la remobilisation, de la solidarité et de la mutualisation des moyens.

Pour And Geusseum d’ailleurs, le comble de ces nominations a été celle d’une gestionnaire de projets comme directrice des Ressources humaines au ministère de la Santé.

Par ailleurs, “la vaccination, seul réel espoir de sortie de crise par la réduction drastique de l’évolution de la pandémie, est l’objet de beaucoup de controverses les plus passionnées. C’est pourquoi, And Gueusseum, sans avoir une quelconque fixation sur un antigène, invite le Msas à une séance large d’information à l’endroit du personnel et des populations, afin de mieux appréhender les enjeux pour l’appropriation du futur vaccin et minorer  les risques de réticence et de rejet’’.