NETTALI.COM – Lors de l’émission «Jury du Dimanche », Me Doudou Ndoye a fustigé les propos du Chef de l’Etat qui, face à la presse après mon message du 31 décembre 2021, a déclaré qu’il ne va jamais modifier le statut du Conseil supérieur de la magistrature.

Faisant face à la presse le soir du 31 décembre 2020 après son discours à la nation, le Chef de l’Etat avait déclaré qu’il reste à la tête du Conseil supérieur de la magistrature (Csm) puisqu’il ne changera pas les textes, tant qu’il reste Président du Sénégal. Pour Me Doudou Ndoye, « c’est une hérésie de dire cela et même une insulte au passé et à l’avenir ».

« Rien ne changera ! Qui ose dire ça dans sa vie ! Je voudrais dire qu’il n’a pas raison. Il est le président du CSM. Il préside ce conseil avec le Garde des Sceaux. Il prend des décisions sur la carrière et la vie des magistrats. Je trouve cela normal d’autant plus que pour qu’il ne soit pas plus président du Conseil supérieur, il faut modifier la Constitution », fulmine l’avocat. Selon qui, « cette déclaration du Chef de l’Etat est fausse, anormale, déraisonnable à la limite ».

Dans la foulée, il plaide pour une modification. «Il peut rester le président du Conseil supérieur de la magistrature mais il est président pour faire quoi ? Il doit modifier les lois qui gouvernent les magistrats pour qu’ils se sentent plus indépendants, pour qu’ils n’aient pas peur de rendre une justice qui ne convienne pas. Donc, il faut que les magistrats aient une garantie dans leurs carrières », déclare l’ancien Garde des Sceaux.

Poursuivant, il estime que le chef de l’Etat a commis une autre erreur en disant la justice est indépendante. « C’est faux. Les lois du Sénégal, notamment en matière pénale font que lorsque le procureur de la République dit à telle juridiction d’instruire, il est obligé de le faire. L’ordre public doit être protégé par le Gouvernement. Il ne faut pas que les lois du Sénégal obligent le juge de faire ce que le procureur demande. Parce que c’est le juge qui garantit notre liberté. La République c’est de défendre tout le monde », martèle la robe noire.

Dans la même veine, l’avocat a dénoncé les propos du Chef de l’Etat qui disait lors de ce face-à-face qu’il « y a des gens quand on les arrête, cela peut conduire le pays au chaos». « Est-ce que cette déclaration du président de la République peut se comprendre ? » s’est-il interrogé avant de rappeler : « dans les années 60, Mamadou Dia avait été arrêté, par la suite Serigne Cheikh Tidiane Sy. Karim Wade et Khalifa Sall ont été mis en prison ». Compte tenu de ces exemples il déclare « je ne vois pas une personne qui dans l’ordre de la République a plus de considération ».

et d’ajouter : « dans tous les pays du monde, celui qui gouverne arrange les choses. Il peut faire de petits arrangements mais, il ne doit pas le dire. Cela se fait dans tous les Etats. C’est une grosse erreur que de dire aux Sénégalais que tout le monde n’est égal devant la loi. C’est ce qu’a dit le président ».