NETTALI.COM- L’affaire Pétrotim, sous tendue par des accusations de corruption portant sur 10 milliards de francs  CFA, va-t-elle passer par pertes et profis t? Tout porterait à  le croire puisque  le Doyen des juges a pris une ordonnance de  non-lieu. 

La révélation est de taille. Elle est faite par Libération qui, dans sa livraison de ce jour, a informé que le doyen des juges a pris, mardi 29 décembre 2020, une ordonnance de non-lieu dans le cadre de l’affaire Pétrotim où une information judiciaire avait été ouverte contre X pour association de malfaiteurs, détournement de deniers publics, escroquerie portant sur des deniers publics, corruption concussion, fraude fiscale et blanchiment de capitaux. « Disons n’y avoir lieu à suivre personne des chefs d’association de malfaiteurs, de détournement de deniers publics, d’escroquerie portant sur les deniers publics, d’escroquerie portant sur les deniers publics, de corruption, de concussion, de fraude fiscale et de blanchiment de capitaux et ordonnons que le dossier de la procédure soit classé au Greffe pour y être recouru en cas de survenance du fait nouveau », a écrit le doyen des juges dans l’ordonnance en date du 29 décembre.

D’après l’ordonnance de non-lieu, le rapport de l’Ofnac, en mettant hors de cause Aliou Sall, avait établi qu’aucune irrégularité ni fraude ne pouvait être imputée aux administrations et entreprises impliquées à l’exception du ministère en charge de l’Energie et de la société Petrosen. En outre, l’administration fiscale ne s’est prévalue d’aucun préjudice. Selon toujours le rapport de l’Ofnac, Birahim Seck, Amadou Clédor Sène, Mamadou Lamine Diallo et Abdoul Mbaye se joignaient aussi à la liste des dénonciateurs « sans pour autant produire quelque document ou élément utile à la manifestation de la vérité ».

Cependant « Abdoul Mbaye expliquait la contre-signature des décrets d’approbation des contrats du 19 juin 2012 en sa qualité de Premier ministre par le fait qu’il avait été abusé par les rapports présentation selon lesquels Petrotim Limited, filiale du groupe Pétro Asia, bénéficiait des capacités techniques et financières alors qu’il n’en était rien ».

Lors des auditions, signale l’ordonnance de renvoi, Hamidou Samba Kassé dit El Hadji Kassé contestait avoir confirmé l’existence d’un virement de 250 mille dollars Us effectué par Timis corporation dans le compte d’Agritrans lorsqu’il était invité au journal de TV5 monde. Abdoulaye Thimbo soutenait la même version, notant que les deux sociétés n’ont jamais entretenu une quelconque relation.