NETTALI.COM- L’affaire des gadgets contenant de la boisson alcoolisée, qui a défrayé la chronique la semaine dernière a été, plaidée ce mardi 29 décembre 2020, devant le juge des flagrants délits de Dakar. Le fournisseur principal et les trois commerçants risquent 1 an ferme.

Les prévenus au nombre de de six sont poursuivis pour tromperie sur la qualité de la marchandise et mise en danger de la vie d’autrui. Auteur principal des faits pour avoir vendu les gadgets contenant de la boisson alcoolisée à ses co-prévenus, le commerçant Ali Khalil a juré sur le saint coran qu’il ne savait pas que les produits étaient alcoolisés. Il croyait que c’était du jus. Car, révèle-t-il pour attester sa bonne foi : «Walahi je croyais que qu’il s’agit d’un jus. J’ai même goûté aux produits. Mes enfants les ont consommés et ils ne se sont pas endormis. Sur l’étiquette, on a mis les composantes du jus», a déclaré le fournisseur.

Poursuivant, il a expliqué au juge que les agents de contrôle n’ont pas trouvé le produit dans ses locaux. Mais, il avoue avoir vendu 15 cartons à la dame Rouguiatou Diallo en raison de 18 mille francs CFA l’unité. De même, il a nié en avoir vendu à Adama. « Les produits viennent de la Gambie et je n’ai pas d’autorisation ni de facture. Je les ai achetés chez Kandi », explique-t-il.

Pour sa part, Thierno Adama Diallo reconnait en avoir acheté 50 cartons moyennant 23 mille francs CFA par carton. Quant à Houssam Khalil, il s’est lavé à grande eau. Se présentant comme un employé d’Ali, il a indiqué que les agents contrôleurs n’ont rien trouvé dans le magasin qu’il gère.

Agent commercial, Sylvie Da Silva reconnaît que c’est lui qui distribuait les produits aux détaillants. Interrogé à son tour, Ahmed Aïdara Garaye renseigne qu’il est détaillant et avoue avoir acheté trois cartons à 18,5 miles francs auprès de Sylvie. Quid de Mamadou Ba ? Ce boutiquier a fait savoir qu’il a arrêté de vendre le produit quand on lui a dit qu’il contenait de l’alcool.

Partie civile dans cette affaire, Fatou Guèye, de qui tout est parti, a expliqué que quand elle a constaté le sommeil prolongé de ses enfants, elle s’est rapprochée du boutiquier pour vérifier le produit qu’il leur avait vendu. Et ce dernier lui a rétorqué que c’était des jouets. Elle n’en croyait pas trop mais elle n’avait pas conduit ses enfants à l’hôpital.

Entendue comme témoin, Rouguiatou, commerçante basée à Rufisque, a chargé Ali Halil. Elle a déclaré que c’est ce dernier qui lui a vendu le produit avec des factures. D’ailleurs, dit-elle, c’est la raison pour laquelle elle a été relâchée parce qu’elle ignorait que le produit contenait de l’alcool.

L’avocat de la partie civile, Me Massokhna Kane, a réclamé le franc symbolique pour son association et 5 millions de francs CFA pour la dame Fatou Guèye et ses deux enfants.

Le parquet a requis 1 an ferme contre tous les prévenus à l’exception de Sylvie. Il a requis 6 mois avec sursis contre cette dernière et la relaxe pour le magasinier Houssam Khalil. Les avocats de la défense ont plaidé la clémence.

Le jugement sera rendu le mardi 5 janvier 2021. Les prévenus sont retournés en prison car leur demande de liberté provisoire a été rejetée.