NETTALI.COM – Les populations dakaroises qui font face à la pénurie d’eau, devront prendre leur mal en patience. La situation ne sera normale qu’à partir du premier trimestre 2021, d’après Serigne Mbaye Thiam, ministre de l’Eau et de l’Assainissement.

Le ministre Serigne Mbaye Thiam s’est, face à la presse, prononcé sur la pénurie d’eau à Dakar. Selon le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, la fin de la pénurie d’eau ne pourra être observée que pendant le premier trimestre 2021 où « nous aurons les premiers 100 mille m3/jour qui seront produits par l’usine de Keur Momar Sarr n°3 (KMS3). En attendant les 100 mille autres qui seront produits lorsque le 2e suppresseur de Mékhé sera installé ».

Dans ses explications, Serigne Mbaye semble jeter la responsabilité de tout ce calvaire sur le régime en place. Lequel régime a, selon lui, fait des tergiversations sur les solutions structurantes à mettre en œuvre entre 2009 et 2011 qui ont amené ce retard. « En 1996, on avait lancé une réforme de première génération qui avait vu l’installation de la société SDE, le contrat devait arriver à terme le 23 avril 2011. Pendant cette période, il a été mis en service notamment KMS2. En 2009, le gouvernement avait entrepris des études aux plans institutionnels et des investissements structurants à mettre en œuvre pour faire face au déficit prévisionnel attendu en 2012. Mais lorsque ces études étaient terminées, il y avait un scénario qui prévoyait KMS3, et puis deux usines de dessalement. En mai 2011, le gouvernement du Sénégal a décidé d’interrompre ce processus pour aller vers une concession globale avec une société privée sur la base d’un protocole d’accords signé. Le business plan de cette société privée avait montré quelques mois après qu’avec ce modèle de concession intégrale le prix de l’eau devait être augmenté d’environ 30%. Et le gouvernement a abandonné cette option », a expliqué le ministre.

Et celui-ci d’ajouter : « Macky Sall a demandé de proroger ce contrat du fermier en l’occurrence la SDE qui était là jusqu’en 2018 et de relancer le projet de la 3e usine de Keur Momar Sarr, et de l’usine de dessalement. A son arrivée, Macky Sall a lancé un programme d’urgence de forages qui a permis de construire 68 forages sur le littoral, dans la région de Thiès. Ces forages ont permis d’injecter entre 2012 et maintenant 192 mille m3/jour qui viennent s’ajouter aux 294 mille m3/jour qu’on avait trouvés ici, en 2012. Ce qui fait qu’actuellement, le volume disponible est de 484 mille m3/jour ».

Mais, dit-il « cette production supplémentaire n’a pas pu faire face à la demande qui augmentait environ de 15%. Des programmes de régénération de forages et des mesures d’exploitation ont été (entrepris) sur un financement de la SONES pour 5 milliards 400 millions pour rajouter 45 mille m3/jour. Mais cela n’a pas suffi à faire face à la demande ».