NETTALI.COM  – Un coin du voile commence à se lever sur l’origine de la maladie mystérieuse qui touche les pêcheurs de Thiaroye sur mer et Rufisque. Le centre commis pour faire des analyses suggère d’orienter les recherches sur les filets utilisés par les pêcheurs. 

D’où vient cette maladie mystérieuse qui frappe de nombreux pêcheurs de zones comme Thiaroye sur mer et Rufisque ? C’est la question qui taraude les esprits depuis l’apparition de cette maladie qui se manifeste par des boutons sur le visage, les bras, mais aussi les parties intimes. Et c’est pour tenter de trouver une réponse à cette question que la Direction de l’Environnement et des établissements classés (Dees) s’est attachée les services du Centre régional de recherches en écotoxicologie et sécurité environnementale (Ceres) pour analyser les prélèvements effectués dans l’eau de mer des zones concernées. Dans le document sanctionnant ses analyses, le Ceres explique les résultats obtenus à partir de son laboratoire Locustox.

Et d’emblée, le document indique que l’origine de l’infection n’est pas chimique. Le Ceres soutient plutôt qu'”au regard de la présence quasi permanente dans les quatre échantillons d’eau de l’acide phtalique, du soufre et de l’acide benzène dicarboxylque“, les analyses suggèrent de “soumettre les résultats aux toxicologues et d’orienter les recherches sur les filets utilisés par les pêcheurs“.