NETTALI.COM – C’est sans surprise, Donald Trump a limogé le patron de l’agence gouvernementale chargée de la sécurité des élections. Ou plus exactement de l’Agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (Cisa). Celui-ci contestait les accusations de fraudes “massives” à la présidentielle maintes fois répétées par le président américain, sans toutefois fournir de preuves.

Les sorties de Chris Krebs n’ont pas plu à Donald Trump qui n’a eu de cesse de crier à la fraude. C’est pourquoi il a fini par le limoger. “La récente déclaration de Chris Krebs sur la sécurité des élections de 2020 était très inexacte, puisqu’il y a eu des irrégularités et des fraudes massives.“, a écrit Donald Trump. Une décision qu’il a prise et annoncée, mardi 17 novembre par un tweet.

Chris Krebs avait en effet défendu l’intégrité de l’élection présidentielle. Et l’agence gouvernementale avait ouvertement rejeté les fraudes massives évoquées par le président sortant. “Il n’existe aucune preuve d’un système de vote ayant effacé, perdu ou changé des bulletins, ou ayant été piraté de quelque façon que ce soit“, avait souligné celle-ci dans un communiqué, rejoignant ainsi d’autres agences américaines chargées de la sécurité des élections. Avant d’ajouter “l’élection du 3 novembre a été la plus sûre de l’histoire des États-Unis“,

M. Krebs a pour sa part répondu avec courtoisie “Ce fut un honneur de servir”, a réagi celui-ci dans un tweet assorti du mot-dièse #Protéger2020.

A préciser toutefois qu’en l’absence de preuves tangibles, la plupart des recours en justice engagés par le camp Trump ont été rejetés par les tribunaux. Et même si les partisans du président Trump n’ont toujours pas abdiqué, Joe Biden continue tranquillement ses préparatifs en attendant de prendre ses fonctions le 20 janvier.