NETTALI.COM  – Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le ralliement d’Idrissa Seck au camp du pouvoir n’a pas entraîné de gros remous dans les rangs de Rewmi. Mais pour beaucoup, ce “calme” risque de laisser la place à une grosse tempête.

Idrissa Seck a engagé son parti dans une nouvelle alliance avec le Président Macky Sall sans en informer les principaux responsables de Rewmi. Ces derniers n’ont appris le ralliement de leur parti qu’à travers les médias. Ce qui présageait de gros remous dans les rangs de Rewmi. Eh bien, jusqu’ici, il n’en est rien. Du moins en apparence. En effet, seuls quelques rares responsables dont Yankhoba Seydi ont osé dire le fond de leur pensée au grand patron de leur parti. Pour le reste, quelques responsables à la base ont certes préféré quitter le Rewmi, mais il n’y a pas encore de grands remous. Mais ce “calme” va bientôt laisser la place à une grosse tempête.

Il ne faut pas s’y tromper. Ce calme ne veut pas dire que les gens ne sont pas en colère“, assure un démissionnaire de Rewmi. A en croire notre interlocuteur, beaucoup de responsables dissimulent leur colère parce qu’ils espèrent une nomination. “Dans le Rewmi comme dans les autres partis, il y a beaucoup de carrièristes. Ces gens-là ne diront rien tant que l’espoir d’une nomination existera“, souligne un autre membre du parti d’Idrissa Seck. En réalité, le nouveau président du Conseil économique, social et environnemental (Cese) compte profiter de son pouvoir de nomination pour contrôler ses troupes. “Ils savent Idrissa Seck aura un cabinet avec des chargés de missions, chef ou directeur de cabinet… Et ils attendent tous d’y être sans compter les directions nationales et les postes dans les deux ministères que détient le Rewmi“, renseigne un chef de parti allié de l’ancien Premier ministre.

Mais nos interlocuteurs sont formels. Les problèmes commenceront dès qu’il n’y aura plus de postes à pourvoir. “Il y aura une grosse tempête avec des sorties fracassantes et des démissions“, prédit ce responsable de Rewmi qui a préféré plier bagages pour, dit-il, “dénoncer la trahison d’Idrissa Seck“.

Il faut d’ailleurs signaler que l’ancien maire de Thiès n’a plus de contact avec la base de son parti depuis la présidentielle de 2019. Pis, les instances de Rewmi ne réussissent plus. Les quelques échanges entre responsables se font à travers des groupes Whatsapp.