NETTALI.COM -Même s’il apprécie la décision du khalife général des tidianes d’annuler la célébration du gamou de Tivaouane, Serigne Mansour Sy Djamil ne reprouve non plus la décision du guide moral des moustarchidines de passer outre. Il refuse d’assimiler cette décision de Serigne Moustapha Sy à une division au sein de la famille de Seydi El Hadj Malick Sy.
Le Gamou de Tivaouane, célébrant la naissance di prophète Mouhamed (PSL), n’aura pas lieu cette année. Le Khalife général de la confrérie tidiane, Serigne Mbaye Sy Mansour, a pris la décision de l’annuler en raison de la maladie du coronavirus. Il a ainsi demandé aux fidèles de le célébrer l’évènement chez eux pour éviter les rassemblements, sources de contamination et de propagation du virus pathogène.
Cependant, si le Khalife général a annulé le Gamou, force est de savoir qu’à l’instar de Médina Baye et de Ndiassène, le Responsable Moral des Moustarchidines, Serigne Moustapha Sy a décidé de célébrer la nuit du prophète comme à l’accoutumée aux champs de course de Tivaouane. Certains en déduisent qu’il y a même une division au sein de la confrérie tidiane. Mais, pour Serigne Mansour Sy Djamil, il n’y a pas de division encore moins de divergence. « Il n’y a pas division. C’est une question de structuration. Dans la famille tidiane et surtout celle de Seydi Elhadji Malic Sy, il n’y a pas d’hiérarchie. Il y a une polyarchie qui signifie l’éclatement des centres de décision », dit le marabout à l’émission Jury du dimanche de Iradio.
Pour Serigne Mansour Sy Djamil, ceux qui parlent de rupture à cause de l’annulation du Gamou n’ont rien compris. « Serigne Moustapha Sy est autonome. Il est libre d’organiser le Gamou », soutient-il.
En revanche, il apprécie positivement  la décision prise par Serigne Babacar Sy  d’annuler le Gamou. Serigne Mansour Sy Djamil a salué et magnifié la constance et la cohérence du khalife général des tidianes. Ce dernier, dit-il, est dans la continuité et il a eu le courage de reporter le Gamou après qu’il l’a fait pour la Ziarra générale.
A l’en croire, le Khalife s’est parfaitement inspiré des enseignements de son grand père, El Hadji Malick Sy, initiateur de l’évènement. « Quand il y avait la pandémie en 1919, Seydi Elhadji Malick Sy avait dit à ses fidèles : « faites ce que vous disent les médecins », rappelle-t-il. Cela, poursuit-il, rapporté au contexte actuel, avec l’interdiction de rassemblement par les spécialistes, le khalife n’avait pas tort. Puisque, étaie l’invité de Mamoudou Ibra Kane : « en recommandant l’organisation du Maouloud, Maodo disait : « célébrer la naissance du prophète si celle-ci ne va pas dans le sens de quelques chose interdite ».