CONTRIBUTION  – Lors de sa dernière visite à Ziguinchor, le Président Ousmane SONKO a encore servi un discours responsable qui a pointé du doigt les maux qui gangrènent malheureusement notre trop chère région naturelle : la Casamance, reléguée au second plan, comme d’ailleurs d’autres régions du pays, dans les programmes prioritaires de développement du gouvernement du Président Macky SALL.

De manière attendue et telle une rengaine de rancuniers, une bande de politiciens véreux de l’Alliance Pour la République (APR) a essayé de déverser sa bile sur le leader de PASTEF-Les Patriotes à travers un communiqué collectif. Cette énième forfaiture montre l’irresponsabilité et la cécité de ces courtisans politiques. Nous ne nous intéressons pas à leurs noms.

Notre statut nous éloigne des caniveaux et des débats de personne. Donc les noms de ces faux frères et de ces sournoises sœurs du Sud ne seront pas cités ici. Qu’ils aillent chercher la pub ou une nouvelle virginité politique au près du diable. Seulement, leur posture ne peut laisser indifférent aucun fils de la Casamance. De façon groupée, ils ont maladroitement et sans succès tenté de rabaisser le Président SONKO, tenté de le réduire à un homme politique insignifiant devant le maire de la ville de Saint-Louis. Voilà ce qui peut être vu comme une attaque contre l’avenir du Sénégal, contre l’espoir de la jeunesse. Une attaque contre un frère. Une attaque contre un porte-drapeau. D’ailleurs, pourquoi ces laudateurs s’attaquent-ils au Président SONKO ?

L’acharnement sur le Président SONKO est fondé sur des mobiles abjects. D’abord, certains Apéristes de la région de Ziguinchor en veulent au leader de la Coalition Jotna à cause de la raclée qu’il leur a infligée lors des élections présidentielles de 2019, surtout dans le département de Bignona fief de la plupart de ces brigands politiques de la mouvance présidentielle. Cette débâcle mémorable, faut-il le rappeler, a occasionné leur déchéance politique. Ils ont été sanctionnés suite à cet échec électoral. Les uns démis de leur fonction. Les autres snobés ou écartés de l’APR. C’est vrai, l’épée de leur Chef de parti a été sans pitié. Mais c’est vrai aussi que les lucides populations de Ziguinchor savent choisir et assumer leur destin en vomissant tout ce qui est os dur dans leur ventre, tout ce qui ressemble à des cadavres politiques encombrant.

En outre, cette campagne de dénigrement contre le Président SONKO n’est juste qu’un clin d’œil que ces arriérés Représentants de l’APR en Casamance font au Président SALL. L’invective contre le Président SONKO devient leur arme de survie ou de promotion politique. L’Administrateur Général du FONGIP craint pour sa léthargie. La ministre de la bande, qui a montré ses insuffisances et son manque de charisme, est sur une chaise éjectable.
Tous les membres du gang espèrent survivre grâce à un éventuel remaniement ministériel. Ils pensent qu’en entreprenant une telle opération de dénigrement, contre le véritable opposant ou la menace réelle du gouvernement du Président SALL, ils regagneraient la confiance de leur Chef et se retrouveraient avec des portefeuilles ministériels ou des hautes responsabilités. Tous oublient que la promotion se mérite et se gagne par le travail et non la politique politicienne.
Au fond, depuis la débâcle électorale dernière dans la région de Ziguinchor, ces Responsables de l’APR et de la Coalition Benno Bokk Yaakaar essaient de se remobiliser en vue de reconquérir leur électorat et de préserver les collectivités locales qu’ils contrôlent actuellement. C’est également dans cette perspective des élections locales que ces politiciens sans scrupule larguent des insanités à l’endroit du Président SONKO qui gagne du terrain chaque matin dans une Casamance qui le porte au dos et au cœur.

Par faute de présenter des bilans satisfaisants aux populations qui les ont élus, ces derniers font recours, de manière lâche, à la calomnie pour faire face à la montée fulgurante du Président SONKO et sa dynamique de conquête de toutes les mairies des 30 communes de la région de Ziguinchor et celles d’ailleurs en Casamance et dans tout le territoire sénégalais en vue de mettre en place une machine solide et performante qui le portera au Palais présidentiel en 2024.
Ce qu’il faut préciser ici, en toute franchise, c’est que toutes les énergies mobilisées par ces politiciens faussaires pour s’acharner sur le Président SONKO, auraient mieux servi à résoudre les problèmes socioéconomiques que vivent les populations de Ziguinchor et à faire de cette région naturelle l’Eldorado tant rêvé. Malheureusement, ces derniers n’ont trouvé rien d’extraordinaire que de former une coalition pour pondre un papier anodin. Hélas, comme on dit : à chacun ses priorités.

Quand le Président SONKO s’intéresse aux préoccupations, tant soit peu irisées des Sénégalais, ses détracteurs pointent sur sa personne qu’ils rendent heureusement beaucoup plus forte, plus aimée, plus suivie, plus engagée et plus gentleman. La conclusion est vite tirée : le Président SONKO est un leader transformationnel devant ce qu’ils sont : des dealers transactionnels. Le Président de PASTEF-Les Patriotes assure parce qu’il assume. Il n’est pas un assimilé. Il est un homme d’Etat intègre, un député très honorable à l’hémicycle, un chef de parti qui a coiffé la région de Ziguinchor, le deuxième parti des 08 régions du Sénégal lors des élections présidentielles de 2019. Il n’est par conséquent ni leur alter égo ni l’égal d’aucun courtisan.

Nous disons alors à ces politiciens, adulateurs du Président SALL, d’aller travailler pour mériter du respect et de la considération. Nous, PASTEF-Les Patriotes, sommes présentement dans les Vacances Agricoles Patriotiques (VAP). Nous invitons tous ceux et toutes celles qui aiment le Sénégal à s’engager dans les services de la communauté. Nous disons également au monde que la population casamançaise a choisi ; elle est désormais verte et rouge. Elle porte son fils dans le cœur ; celui-là en qui il faut identifier le prototype panaché d’un Sénégal en miniature. Aucune injonction ni dénigrement ne peut changer le choix des Casamançais qui ont bien compris les micmacs de ces politiciens scabreux. Notre leader défend les intérêts de la Casamance et des Casamançais comme il le fait avec toute contrée défavorisée ou oubliée par la mauvaise gestion du gouvernement de Macky SALL. En définitive, nous disons à ces thuriféraires Apéristes que la verbigération mensongère ne peut guère arrêter l’avalanche sonkiste.

Dr Chérif Saloum DIATTA,
Responsable politique, PASTEF Bignona,
Président de la Commission Enseignement Supérieur et Formation Professionnelle du Mouvement National de Cadres Patriotiques de PASTEF-Les Patriotes (MONCAP)