NETTALI.COM – Dans une note partagée sur les réseaux sociaux, le leader de Frapp/France dégage, Guy Marius Sagna, dénonce l’arrestation de 6 membres du collectif des 1 796 victimes de démolition de maisons et de spoliation foncière de Tivaouane Peulh.

“Nous exigeons la libération, dans les meilleurs délais, des résistants à la spoliation foncière détenus dans le poste de gendarmerie de Tivaouane Peulh : Papa Magatte Gaye, Habibou Ndiaye, Gora Ba, Adiouma Diallo, Baye Zale Seck et Modou Faye’’, lit-on dans la note.

Guy Marius Sagna assimile ces arrestations à une criminalisation de la “résistance à l’oppression’’. “Ainsi, depuis trois mois, Macky Sall a arrêté et emprisonné : Henri Ndecky, Benoît Sidjamobo Diatta, Idrissa Sané et Abdou Dièmé qui se battent contre l’accaparement des terres de Boucotte Mancagne, Baraf, Mandina Mancagne, Kantène et Djibeuneu. Accapare-ment de terres par la mairie de Niaguiss avec la complicité de l’État du Sénégal’’, argue-t-il. Il demande la libération de ceux qui sont encore en prison. Il s’agit d’Henri, de Benoît, d’Idrissa et d’Abdou de Niaguiss. “Dans les jours à venir le Frapp, en accord avec les populations de Niaguiss et les forces vives de Ziguinchor, va organiser une manifestation en Casamance pour dire non aux spoliations foncières à Niaguiss, à Oulampane, à Bignona, à Médina Wandifa… et exiger la libération de nos dignes fils injustement incarcérés depuis plus de 3 mois’’, a-t-il annoncé. Il alerte sur les dangers que peuvent engendre les problèmes fonciers dans le sud du pays. Il a, dans ce sens, rappelé que les spoliations foncières sont en partie responsables du conflit casamançais. C’est pourquoi il a invité le président Sall à stopper “ses tailleurs fonciers qui volent les terres du peuple partout au Sénégal’’.

Pour lui, “la paix en Casamance et ailleurs au Sénégal, c’est laisser les paysans, les populations avec leurs terres’’. Si l’Etat ne le comprend pas ainsi, Guy Marius Sagna et Cie compte le lui imposer. “Nous, victimes de spoliations foncières, nous allons lui montrer qu’on ne vole pas impunément nos terres’’, a-t-il prévenu.