NETTALI. COM- L’arrêté Ousmane Ngom, portant interdiction de manifester en centre-ville, sera-t-elle remplacée par une loi? Si le consensus aboutit, à ce niveau, dans le cadre du dialogue politique, ledit arrêté sera abrogé. 

Les points consensuels de la commission politique du dialogue national qui seront bientôt envoyés à l’Assemblée nationale seront adjoints au projet de loi abrogeant l’arrêté Ousmane Ngom.

Désormais, informe l’AS, c’est une loi qui instituera les périmètres de sécurité qui doivent régir les manifestations publiques à Dakar Plateau.

Par ailleurs, ajoute le journal, les acteurs politiques sont d’accord sur un délai de 36h imparti à la Cour suprême pour statuer sur les requêtes introduites en cas de rejet d’une demande de manifestation publique.

Pour rappel, l’opposition et des organisations de défense des droits de l’homme ne cessent de se battre contre  cet arrêté pris en 2011, par Ousmane Ngom lorsqu’il était ministre de l’Intérieur. D’ailleurs, la Raddho, Amnesty et la Ligue sénégalaise des droits humains ( LSDH) avaient même introduit une requête aux fins d’annulation de l’arrêté mais elles ont été déboutée par la Cour suprême.