NETTALI.COM  – Saisi d’une dénonciation contre le ministre Mansour Faye et le député Diop Sy, l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac) a décidé de bouger. Il va entendre ce mardi les membres du mouvement “Frapp-France Dégage”. 

C’est le 17 avril 2020 que Guy Marius Sagna et son mouvement “Frapp-France Dégage” avaient déposé une lettre de dénonciation auprès de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption. Cinq mois, l’Ofnac décide de bouger. Du moins un premier acte sera posé ce mardi. “Le Frapp est convoqué par l’Ofnac“, informe Guy Marius Sagna. Et l’activiste de rappeler que “le Frapp avait saisi l’Ofnac le 17 avril 2020 d’une dénonciation contre Mansour Faye, ministre du Développement communautaire, et le député Demba Diop Sy, directeur général de la société Ude pour délit de favoritisme, pour conflits d’intérêts.” Ainsi, le Frapp sera entendu sur cette affaire ce mardi à partir de 10 heures.

Dans sa lettre datée du 17 avril 2020, “Frapp-France Dégage” informait la présidente de l’Ofnac de “l’existence de faits qui pourraient être constitutifs d’un conflit d’intérêts et du délit de favoritisme“.  “Ces faits concernent le député Demba Diop Sy d’Urbaine d’Entreprise (Ude), Directeur Général de ladite société de droit sénégalais fondée en 1997, titulaire d’une partie du marché en cours d’exécution relatif à l’acheminement des denrées alimentaires, dans le cadre du volet alimentaire du programme force covid-19, et Mansour Faye, le ministre du Développement communautaire, de l’Equité sociale, et territoriale, responsable du programme.  
Une situation manifeste de conflit d’intérêts qui est totalement interdite par les règles aussi bien nationales qu’internationales relatives à l’éthique, la transparence et à la déontologie dans les marchés publics“, lit-on dans la lettre de dénonciation du “Frapp-France Dégage”.

Reste maintenant de savoir ce que Guy Marius Sagna et compagnie mettront sur la table de l’Ofnac pour étayer leurs accusations. En tout cas, le ministre Mansour Faye avait menacé, lui, de porter plainte contre quiconque oserait l’accuser de mauvaise gestion dans le cadre de l’aide alimentaire d’urgence décidée par le chef de l’Etat pour aider les plus démunis à faire face à la pandémie de Covid-19.