NETTALI.COM- Mamadou Ndoye trouve injuste que Khalifa Sall et  Karim Wade soient privés de leurs droits civiques suite à leur condamnation par la justice sénégalaise. L’ex secrétaire général de la Ligue démocratique  ( LD) plaide pour qu’ils les retrouvent.

Condamnés à des peines fermes par les juridictions sénégalaises, Khalifa Sall (ancien maire de Dakar) et Karim Wade (ancien ministre) ont tous les deux perdu leurs droits civiques. Conséquemment : s’ils ne sont pas amnistiés, ils ne pourront pas briguer les suffrages des Sénégalais. Ce que Mamadou Ndoye trouve injuste. Invité du Jury du dimanche, l’ancien ministre de l’Education de base et des langues nationales et ex secrétaire général de la Ligue démocratique plaide pour qu’ils retrouvent leurs droits civiques. « Karim Wade et Khalifa Sall doivent retrouver leurs droits civiques. Voilà le principe que je défends. Quand la volonté est là, la modalité on la retrouve facilement », soutient-il.

De l’avis de M. Ndoye, un pouvoir a besoin de contre-pouvoir et l’opposition est un contre-pouvoir. Et lorsque qu’un pouvoir a besoin d’éliminer l’opposition ce n’est plus de la démocratie. A son avis, Karim Wade doit revenir au pays. Il a commis des fautes, il a été sanctionné pour ces fautes. Il doit revenir au pays et retrouver comme tout citoyen sa place.

A l’en croire, il a été contre les agissements du Karim qui, rappelle-t-il, étant fils d’un président de la République a fait comme s’il était le président et s’est servi de ce pouvoir pour s’enrichir. Mais, pense-t-il « une fois qu’il a été condamné, il doit revenir ».

Auparavant, Mamadou Ndoye a dit qu’il est pour le dialogue politique. Car, à son avis, dans un pays il y a deux possibilités : soit on gouverne le pays par la concertation, la consultation, la coopération, l’incitation; soit on dirige le pays de manière autoritaire et ça conduit à des mesures de répression. « Et je suis pour la première manière. Donc quand le président appelle à un dialogue, sur le principe, je suis pour. Le dialogue national doit intégrer la perspective d’une autre alternance », souligne-t-il.