NETTALI.COM – Le juge d’instruction du tribunal de grande instance de Ziguinchor a entamé ses auditions dans le cadre de l’instruction du dossier du massacre de Boffa Bayotte. C’est ainsi que les personnes mises aux arrêts et qui étaient transférées à Dakar sont ramenées à la Maison d’arrêt et de correction de Ziguinchor. Les auditions ont démarré ce lundi.

Le chargé de mission du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance, Omar Ampoi Bodian, incriminé dans la tuerie de Boffa-Bayotte, a été, selon nos sources, entendu sur le fond du dossier hier lundi 29 juin 20 par le Juge d’ Instruction du Tribunal de grande instance de Ziguinchor pendant plusieurs heures. «Omar Ampoi Bodian a rejeté toutes les accusations et charges qui pèsent sur lui », renseignent nos sources dignes de foi.

Pour rappel, le proche collaborateur du chef de guerre du maquis, César Atoute Badiate, et chargé de mission du MFDC, Omar Ampoi Bodian, avait été arrêté le samedi 20 janvier 2018 aux environs de 06 heures du matin par les éléments de la Section de recherches de la gendarmerie chez lui, au quartier de Lyndiane. Une interpellation qui entrait dans le cadre de l’enquête sur le massacre de Boffa-Bayotte du 6 janvier 18 et qui avait fait 14 morts dans les rangs des exploitants forestiers. Omar Ampoi Bodian est poursuivi pour association de malfaiteurs, assassinat, participation à un mouvement insurrectionnel et détention d’armes à feu sans autorisation.

Ce mardi, le journaliste René Capin Basséne, présumé planificateur de ce carnage, sera entendu à son tour par le Juge d’Instruction de Ziguinchor. «L’ex-employé de l’Agence nationale pour la relance des activités économiques et sociales en Casamance (Anrac), le journaliste de profession sur qui pèseraient des soupçons très graves dans le massacre de Boffa-Bayotte, va être entendu ce mardi 30 juin 20, dans le fond du dossier par le juge d’instruction», renseignent nos sources. Mis aux arrêts dans la nuit du 14 au 15 janvier 2018 à son domicile à Kandialang (quartier de Ziguinchor), à la suite de la tuerie de Boffa-Bayotte, le journaliste écrivain René Capin Bassène, attend toujours son audition sur le fond depuis lors. Une audition qui a été plusieurs fois programmée et plusieurs fois reportée.