NETTALI. COM- La Coalition dénommée Congrès pour la renaissance démocratique (CRD) est décidée à faire annuler les décrets sur l’honorariat. Elle a saisi la Cour suprême.

L’opposition déclenche la bataille judiciaire contre Macky Sall.  C’est pour obtenir l’annulation des décrets sur l’honorariat. A cet effet, les leaders de partis politiques et de mouvements citoyens regroupés au sein de la coalition dénommée Congrès pour la Renaissance Démocratique (CRD) ont joint l’acte à la parole. Ces derniers, avec à leur tête l’ancien Premier ministre Abdoulaye Mbaye, Thierno Alassane Sall, président du mouvement « La République des valeurs » et le député Mamadou Lamine Diallo, président du mouvement Tekki ont, ce mercredi, conformément à la loi organique N° 2017-09 du 17 janvier 2017 sur la Cour suprême, saisi ladite juridiction.

Ils ont introduit deux recours en annulation et deux requêtes en référé contre les décrets présidentiels N°2020-964 du 17 avril 2020 qui institue un honorariat pour les anciens présidents du CESE et N°2020-976 du 21 avril 2020 accordant le statut de président honoraire à un ancien Président du Conseil économique, social et environnemental (CESE). « En vertu des droits et devoirs que donnent la Constitution de ce pays, le CRD se réserve le droit de mobiliser toutes les ressources juridiques et politiques nécessaires pour clarifier et éclaircir cette affaire qui a les allures d’un scandale d’Etat », a déclaré Mamadou Lamine Diallo, porte-parole du jour. Lequel ajoute dans le même ordre d’idées que « L’honneur et la réputation de la République doivent être protégés et le CRD ne manquera jamais de le rappeler et de combattre pour que le Sénégal devienne et demeure un Etat où le droit est respecté, d’abord par ses dirigeants ».

Pour sa part, Abdoul Mbaye est formel. Pour lui, il faut que les Sénégalais sachent quelle est l’authenticité de la signature ou d’une des signatures qui circulent au niveau de ces deux documents. « Il faut également, concernant le décret 2020-976 qu’il y ait une décision de suspendre l’application de ce décret, dans tous ses effets. Donc, c’est le sens des 4 recours que nous avons déposés aujourd’hui, d’où ce qui justifie la longueur du temps consacré à cette affaire », ajoute-t-il.

Il indique qu’ils seront des sentinelles pour défendre la République. Cela, même si ce sont les dirigeants qui, à son avis, violent en premiers les lois. A cet effet, il dira : « Macky Sall peut manquer de respect à Aminata Touré, ou les membres du Conseil économique et social, mais pas la République notre institution. Nous espérons ramener l’Etat de droit au Sénégal. Ces violations sont récurrentes. Comme le décret de Petrotim », déplore-t-il.